Manifestation à Namur: plusieurs milliers de personnes dénoncent la politique sociale de la Wallonie

© Photo Twitter d’Eric Deffet
© Photo Twitter d’Eric Deffet

À coup sûr, la FGTB et la CSC ont réussi leur pari : près de 10.000 personnes ont marché ce lundi dans les rues de Namur afin de dénoncer la politique du gouvernement MR-CDH à l’égard des services publics et du monde associatif.

De nombreux slogans évoquaient la réforme des aides à la promotion de l’emploi (APE) du ministre Pierre-Yves Jeholet. Les manifestants estiment ce projet précipité. Son financement ne serait pas assuré et des emplois seraient menacés.

Dans le cortège se trouvaient de nombreux travailleurs du secteur non-marchand, mais aussi des fédérations d’employeurs et des bénéficiaires de l’action des associations actives dans le domaine social ou culturel. On songe à Lire et Écrire, aux écoles de devoir ou aux centres d’insertion socio-professionnelle.

La manifestation s’est achevée place Saint-Aubain en fin de matinée. Les discussions autour du podium syndical portaient autant sur le succès de cette journée que sur l’information politique du jour : la défection d’une députée MR qui prive libéraux et humanistes d’une majorité au parlement à deux jours du vote du décret sur les points APE.

« Les publics les plus fragilisés laissés de côté »

«  Nous avons toujours été demandeurs d’une réforme des aides à la promotion de l’emploi mais nous nous opposons à la volonté du gouvernement actuel de marchandiser le secteur et de raboter les budgets, sans concertation sociale malgré ce que le ministre Jeholet affirme et en laissant de côté les publics les plus fragilisés », a expliqué, à l’entame de la manifestation, Marc Becker, secrétaire national de la CSC.

« Nos revendications sont aujourd’hui plus larges que lors des premières manifestations au printemps dernier », a de son côté souligné Thierry Bodson, le patron de la FGTB wallonne. « Après la réforme des APE, le ministre Jeholet s’attaque en effet aux dépenses éligibles des ASBL actives dans l’insertion socioprofessionnelle, des structures qui encadrent pourtant les publics les plus précarisés et qui vont se retrouver en grandes difficultés financières », a-t-il pointé.

« De réformes en réformes, menées au pas de charge et sans connaissance du terrain, on voit que c’est le service public qui est dans le collimateur du gouvernement », a poursuivi Thierry Bodson.

Vote ou pas de la réforme APE

La réforme des aides à l’emploi APE, le dossier emblématique de la majorité MR-CDH, devrait en principe être voté ce mercredi en séance plénière du parlement de Wallonie mais ce scénario a pris un coup dans l’aile depuis l’annonce, ce lundi matin, de la défection de la députée libérale Patricia Potigny.

► Le gouvernement wallon perd sa majorité

L’élue de Montigny-le-Tilleul rejoint les listes d’Alain Destexhe en vue du scrutin du 26 mai. Ce faisant, elle s’exclut elle-même du groupe MR du parlement. Conséquence : la majorité régionale n’est plus… majoritaire avec désormais 37 sièges seulement sur 75.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Dominique Leroy, remerciée par le personnel de Proximus lors de son arrivée au siège de l’entreprise ce jeudi. Le parquet, lui, enquête.

    La sortie très chahutée de Dominique Leroy

  2. Pierre-Yves Dermagne

    Vente de Voo et de Win: l’Arc-en-ciel reprend le contrôle dans l’affaire Nethys

  3. Une vaste opération de démantèlement du réseau IPTV en Europe a permis de fermer plusieurs centaines de serveurs utilisés pour le piratage.

    Le vrai ou faux: existe-t-il des risques pour l’utilisateur de l’IPTV?

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Nethys: le chaos, la clarté et l’hystérie

    La clarté ou le chaos ? Il y a désormais des deux dans le dossier Nethys. Et il va falloir au nouveau ministre de tutelle, Pierre-Yves Dermagne, beaucoup de méthode, de sang-froid, d’expertise et d’indépendance politique pour dénouer ce sac de nœuds.

    Ces derniers mois, c’est l’opacité qui a régné sur la restructuration du groupe liégeois, confisquée par un management, un conseil d’administration, quelques hommes et...

    Lire la suite