Manifestation à Namur: plusieurs milliers de personnes dénoncent la politique sociale de la Wallonie

© Photo Twitter d’Eric Deffet
© Photo Twitter d’Eric Deffet

À coup sûr, la FGTB et la CSC ont réussi leur pari : près de 10.000 personnes ont marché ce lundi dans les rues de Namur afin de dénoncer la politique du gouvernement MR-CDH à l’égard des services publics et du monde associatif.

De nombreux slogans évoquaient la réforme des aides à la promotion de l’emploi (APE) du ministre Pierre-Yves Jeholet. Les manifestants estiment ce projet précipité. Son financement ne serait pas assuré et des emplois seraient menacés.

Dans le cortège se trouvaient de nombreux travailleurs du secteur non-marchand, mais aussi des fédérations d’employeurs et des bénéficiaires de l’action des associations actives dans le domaine social ou culturel. On songe à Lire et Écrire, aux écoles de devoir ou aux centres d’insertion socio-professionnelle.

La manifestation s’est achevée place Saint-Aubain en fin de matinée. Les discussions autour du podium syndical portaient autant sur le succès de cette journée que sur l’information politique du jour : la défection d’une députée MR qui prive libéraux et humanistes d’une majorité au parlement à deux jours du vote du décret sur les points APE.

« Les publics les plus fragilisés laissés de côté »

«  Nous avons toujours été demandeurs d’une réforme des aides à la promotion de l’emploi mais nous nous opposons à la volonté du gouvernement actuel de marchandiser le secteur et de raboter les budgets, sans concertation sociale malgré ce que le ministre Jeholet affirme et en laissant de côté les publics les plus fragilisés », a expliqué, à l’entame de la manifestation, Marc Becker, secrétaire national de la CSC.

« Nos revendications sont aujourd’hui plus larges que lors des premières manifestations au printemps dernier », a de son côté souligné Thierry Bodson, le patron de la FGTB wallonne. « Après la réforme des APE, le ministre Jeholet s’attaque en effet aux dépenses éligibles des ASBL actives dans l’insertion socioprofessionnelle, des structures qui encadrent pourtant les publics les plus précarisés et qui vont se retrouver en grandes difficultés financières », a-t-il pointé.

« De réformes en réformes, menées au pas de charge et sans connaissance du terrain, on voit que c’est le service public qui est dans le collimateur du gouvernement », a poursuivi Thierry Bodson.

Vote ou pas de la réforme APE

La réforme des aides à l’emploi APE, le dossier emblématique de la majorité MR-CDH, devrait en principe être voté ce mercredi en séance plénière du parlement de Wallonie mais ce scénario a pris un coup dans l’aile depuis l’annonce, ce lundi matin, de la défection de la députée libérale Patricia Potigny.

► Le gouvernement wallon perd sa majorité

L’élue de Montigny-le-Tilleul rejoint les listes d’Alain Destexhe en vue du scrutin du 26 mai. Ce faisant, elle s’exclut elle-même du groupe MR du parlement. Conséquence : la majorité régionale n’est plus… majoritaire avec désormais 37 sièges seulement sur 75.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. PHOTONEWS_10722386-053

    La taxe de congestion divise un gouvernement bruxellois en pré-campagne électorale

  2. Caroline Désir, ministre de l’Enseignement.

    Coronavirus: calme, vigilance et hygiène seront de mise dans les écoles pour la rentrée lundi

  3. d-20200129-3YKG2R 2020-01-29 15:26:34

    Brexit: l’Irlande a-t-elle crié victoire trop vite?

La chronique
  • La fable du matoufé et du guacamole

    L’hiver est là et il nous donne une bonne raison de manger des plats que les diététiciens réprouvent. Vous connaissez sans doute le matoufé, cette omelette généreuse enrichie de lardons, de farine et de lait. Une préparation « émouvante par sa simplicité », s’en émerveille la Royale Confrérie du Matoufé de Marche-en-Famenne, où je suis né. Mon père m’en avait légué la recette un jour où il pensait sérieusement à sa postérité.

    Posés sur les tranches du pain croustillant tout juste sorti du four à bois de ma mère, ces œufs brouillés étaient une partie de mon « chez moi ». Avec le sanglier « qui a une longueur d’avance », l’eau ferrugineuse des pouhons célébrés par Guillaume Apollinaire et les anecdotes que mon père puisait dans son livre culte, Dure Ardenne, d’Arsène Soreil.

    J’ai parlé de ce plat, et je l’ai parfois même préparé, au gré de mes voyages. Il avait ce goût simple, rustique, rassurant, qui, dans toutes les cultures, évoque la chaleur du cocon familial, les grandes tablées après la moisson, le foot ou...

    Lire la suite

  • Les dangereuses conséquences politiques du coronavirus

    Le coronavirus est d’abord et avant tout un défi sanitaire mondial, évidemment. Avec un questionnement scientifique et la mise en place nécessaire de mesures à la fois fortes et proportionnées pour endiguer l’épidémie. Mais la maladie, qui est installée désormais au centre de l’attention de toute la planète, est, et de plus en plus, un révélateur démocratique. Quand on voit, de Rome à Paris en passant par Pékin, comment le virus s’invite sur la scène politique et les dégâts qu’il y fait, on s’inquiète autant, si pas plus, à ce propos que...

    Lire la suite