Manifestation à Namur: plusieurs milliers de personnes dénoncent la politique sociale de la Wallonie

© Photo Twitter d’Eric Deffet
© Photo Twitter d’Eric Deffet

À coup sûr, la FGTB et la CSC ont réussi leur pari : près de 10.000 personnes ont marché ce lundi dans les rues de Namur afin de dénoncer la politique du gouvernement MR-CDH à l’égard des services publics et du monde associatif.

De nombreux slogans évoquaient la réforme des aides à la promotion de l’emploi (APE) du ministre Pierre-Yves Jeholet. Les manifestants estiment ce projet précipité. Son financement ne serait pas assuré et des emplois seraient menacés.

Dans le cortège se trouvaient de nombreux travailleurs du secteur non-marchand, mais aussi des fédérations d’employeurs et des bénéficiaires de l’action des associations actives dans le domaine social ou culturel. On songe à Lire et Écrire, aux écoles de devoir ou aux centres d’insertion socio-professionnelle.

La manifestation s’est achevée place Saint-Aubain en fin de matinée. Les discussions autour du podium syndical portaient autant sur le succès de cette journée que sur l’information politique du jour : la défection d’une députée MR qui prive libéraux et humanistes d’une majorité au parlement à deux jours du vote du décret sur les points APE.

« Les publics les plus fragilisés laissés de côté »

«  Nous avons toujours été demandeurs d’une réforme des aides à la promotion de l’emploi mais nous nous opposons à la volonté du gouvernement actuel de marchandiser le secteur et de raboter les budgets, sans concertation sociale malgré ce que le ministre Jeholet affirme et en laissant de côté les publics les plus fragilisés », a expliqué, à l’entame de la manifestation, Marc Becker, secrétaire national de la CSC.

« Nos revendications sont aujourd’hui plus larges que lors des premières manifestations au printemps dernier », a de son côté souligné Thierry Bodson, le patron de la FGTB wallonne. « Après la réforme des APE, le ministre Jeholet s’attaque en effet aux dépenses éligibles des ASBL actives dans l’insertion socioprofessionnelle, des structures qui encadrent pourtant les publics les plus précarisés et qui vont se retrouver en grandes difficultés financières », a-t-il pointé.

« De réformes en réformes, menées au pas de charge et sans connaissance du terrain, on voit que c’est le service public qui est dans le collimateur du gouvernement », a poursuivi Thierry Bodson.

Vote ou pas de la réforme APE

La réforme des aides à l’emploi APE, le dossier emblématique de la majorité MR-CDH, devrait en principe être voté ce mercredi en séance plénière du parlement de Wallonie mais ce scénario a pris un coup dans l’aile depuis l’annonce, ce lundi matin, de la défection de la députée libérale Patricia Potigny.

► Le gouvernement wallon perd sa majorité

L’élue de Montigny-le-Tilleul rejoint les listes d’Alain Destexhe en vue du scrutin du 26 mai. Ce faisant, elle s’exclut elle-même du groupe MR du parlement. Conséquence : la majorité régionale n’est plus… majoritaire avec désormais 37 sièges seulement sur 75.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Manifestations|Namur (c.f. Namur)|CSC|FGTB
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

  2. «
Le Soir
» obtient une moyenne de 62
%.

    Le bulletin de la Fédération Wallonie-Bruxelles: les notes des ministres

  3. file3-1

    RTBF: «Le mot élection fait peur aux jeunes»

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite