La contrefaçon dépasse les 450 milliards d’euros dans le monde dont 2,5 milliards en Belgique

© Belga
© Belga

Selon le dernier rapport du Bureau européen de la propriété intellectuelle (EUIPO), que nous avons pu consulter en primeur, le volume de marchandises pirates et de contrefaçons vendues en 2016 – dernières données disponibles – dans le monde aurait atteint… 509 milliards de dollars (environ 450 milliards d’euros). Soit 3,3 % du commerce mondial ! Et encore, pointe l’EUIPO, « ce montant ne comprend pas les contrefaçons et les marchandises pirates produites et consommées dans le marché intérieur ni les produits numériques ayant fait l’objet de piratage qui sont distribués sur la toile ».

Pour rappel, la précédente évaluation de cette ampleur menée par l’EUIPO remontait à 2013 et à l’époque, le marché de la contrefaçon ne pesait « que » 2,5 % du commerce mondial (461 milliards de dollars). L’augmentation du poids des « fausses » marchandises inquiète donc l’EUIPO, d’autant «  qu’elle a été observée au cours d’une période pendant laquelle l’ensemble du commerce mondial connaissait un certain ralentissement ». Au signe de cette hausse, au niveau de la seule Union européenne, les importations de contrefaçons s’élèvent à 6,8 % du total des marchandises importées (soit 121 milliards d’euros), contre 5 % en 2013.

Sans réelle surprise, c’est vers l’est, et donc l’Asie, qu’il faut tourner son regard lorsque l’on cherche les principaux pays d’origine des contrefaçons. Plus de la moitié des marchandises pirates viennent de Chine (hors Hong Kong), et ce chiffre grimpe à plus de 75 % lorsqu’on ajoute l’ancienne colonie britannique.

Chez nous, une autre étude menée par l’EUIPO évaluait à 2,5 milliards d’euros les pertes de chiffre d’affaires des entreprises belges actives dans les treize principaux secteurs frappés par la contrefaçon (pharmacie, textile, cosmétiques, téléphonie…). Cela représentait en outre plus de 8.000 emplois perdus dans notre pays (et plus de 430.000 à l’échelle de l’Union européenne).

► A lire sur Le Soir+: quels sont les biens contrefaits?

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les parents de Simon Gautier ont formellement identifié le corps du jeune homme ce lundi.

    Italie: pourquoi le randonneur français Simon Gautier n’a pas été géolocalisé plus tôt

  2. Le stade dressé à Anvers pour accueillir l’Euro est un modèle du genre. Mais il coûte un pont !  A fonds perdu.

    Hockey: un stade voulu à Bruxelles, espéré à Wavre, avancé à Anvers

  3. Jean Faniel, docteur en sciences politiques, est directeur général du CRISP.

    Une guéguerre entre constitutionnalistes comme entre politiques?

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • bpost: la balle est dans le camp de l’Etat actionnaire

    Le départ annoncé du patron de bpost n’est pas une surprise. Koen Van Gerven a même plutôt de la chance d’arriver au terme de son mandat en février prochain. Le couperet tient dans le niveau du cours de Bourse qui atteste de la descente aux enfers de l’action bpost, passée de 28 euros en février 2018, à 8 ou 9 euros aujourd’hui. Une chute qui a fait comme un « effet Fortis » dans les portefeuilles des petits épargnants qui ont misé sur une entreprise de bon père de famille – toujours publique – qui, depuis son introduction en...

    Lire la suite