La contrefaçon dépasse les 450 milliards d’euros dans le monde dont 2,5 milliards en Belgique

© Belga
© Belga

Selon le dernier rapport du Bureau européen de la propriété intellectuelle (EUIPO), que nous avons pu consulter en primeur, le volume de marchandises pirates et de contrefaçons vendues en 2016 – dernières données disponibles – dans le monde aurait atteint… 509 milliards de dollars (environ 450 milliards d’euros). Soit 3,3 % du commerce mondial ! Et encore, pointe l’EUIPO, « ce montant ne comprend pas les contrefaçons et les marchandises pirates produites et consommées dans le marché intérieur ni les produits numériques ayant fait l’objet de piratage qui sont distribués sur la toile ».

Pour rappel, la précédente évaluation de cette ampleur menée par l’EUIPO remontait à 2013 et à l’époque, le marché de la contrefaçon ne pesait « que » 2,5 % du commerce mondial (461 milliards de dollars). L’augmentation du poids des « fausses » marchandises inquiète donc l’EUIPO, d’autant «  qu’elle a été observée au cours d’une période pendant laquelle l’ensemble du commerce mondial connaissait un certain ralentissement ». Au signe de cette hausse, au niveau de la seule Union européenne, les importations de contrefaçons s’élèvent à 6,8 % du total des marchandises importées (soit 121 milliards d’euros), contre 5 % en 2013.

Sans réelle surprise, c’est vers l’est, et donc l’Asie, qu’il faut tourner son regard lorsque l’on cherche les principaux pays d’origine des contrefaçons. Plus de la moitié des marchandises pirates viennent de Chine (hors Hong Kong), et ce chiffre grimpe à plus de 75 % lorsqu’on ajoute l’ancienne colonie britannique.

Chez nous, une autre étude menée par l’EUIPO évaluait à 2,5 milliards d’euros les pertes de chiffre d’affaires des entreprises belges actives dans les treize principaux secteurs frappés par la contrefaçon (pharmacie, textile, cosmétiques, téléphonie…). Cela représentait en outre plus de 8.000 emplois perdus dans notre pays (et plus de 430.000 à l’échelle de l’Union européenne).

► A lire sur Le Soir+: quels sont les biens contrefaits?

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le succès des universités francophones est incontestable et la tendance s’inscrit dans le long terme.

    Enseignement supérieur: toujours plus d’étudiants dans les universités francophones

  2. Bart De Wever.

    Crise politique : à quoi joue la N-VA?

  3. Liverpool pourra compter sur Mané et Van Dijk pour ne pas être le premier tenant du titre éliminé en phase de poules depuis 2012.

    Ligue des champions: plusieurs grands d’Europe en danger

La chronique
  • France: les premières leçons d’une révolte sociale

    Jeudi, grande manifestation syndicale contre la réforme des retraites : énorme succès.

    Samedi, trente manifestations de « gilets jaunes » dans la foulée de cette révolte sociale : énorme bide.

    Spectaculaire retournement de situation. Il y a encore quelques mois, il était de bon ton de gloser sur le fait que le mouvement « gilet jaune » avait ringardisé et marginalisé le mouvement syndical. Le verdict est tombé.

    Arnaque médiatique

    En vérité, nous avons été victimes d’une énorme arnaque médiatique (on reconnaîtra que j’ai tenté, sans succès, de la démystifier).

    Jeudi donc, près d’un million de citoyennes et de citoyens ont défilé dans toute la France.

    Au plus fort du mouvement des « gilets jaunes », ils furent 300.000. Or, à l’époque...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: l’insulte! Bon sang, mais c’est bien sûr!

    Mais comment n’y ont-ils pas pensé plus tôt ? Les conseillers du Roi avec leurs « Et que je vous sers le café. Et que je vous écoute patiemment »… et Paul Magnette qui fait des vidéos expliquant qu’il recherche « des solutions constructives pour tous, de Zeebruges à Arlon et d’Eupen à Mouscron », en français et en néerlandais ? Que dire des Vande Lanotte, Reynders, Bourgeois et Demotte engoncés dans de chics costumes pour faire honneur à la fonction ?

    Faux !...

    Lire la suite