La contrefaçon dépasse les 450 milliards d’euros dans le monde dont 2,5 milliards en Belgique

© Belga
© Belga

Selon le dernier rapport du Bureau européen de la propriété intellectuelle (EUIPO), que nous avons pu consulter en primeur, le volume de marchandises pirates et de contrefaçons vendues en 2016 – dernières données disponibles – dans le monde aurait atteint… 509 milliards de dollars (environ 450 milliards d’euros). Soit 3,3 % du commerce mondial ! Et encore, pointe l’EUIPO, « ce montant ne comprend pas les contrefaçons et les marchandises pirates produites et consommées dans le marché intérieur ni les produits numériques ayant fait l’objet de piratage qui sont distribués sur la toile ».

Pour rappel, la précédente évaluation de cette ampleur menée par l’EUIPO remontait à 2013 et à l’époque, le marché de la contrefaçon ne pesait « que » 2,5 % du commerce mondial (461 milliards de dollars). L’augmentation du poids des « fausses » marchandises inquiète donc l’EUIPO, d’autant «  qu’elle a été observée au cours d’une période pendant laquelle l’ensemble du commerce mondial connaissait un certain ralentissement ». Au signe de cette hausse, au niveau de la seule Union européenne, les importations de contrefaçons s’élèvent à 6,8 % du total des marchandises importées (soit 121 milliards d’euros), contre 5 % en 2013.

Sans réelle surprise, c’est vers l’est, et donc l’Asie, qu’il faut tourner son regard lorsque l’on cherche les principaux pays d’origine des contrefaçons. Plus de la moitié des marchandises pirates viennent de Chine (hors Hong Kong), et ce chiffre grimpe à plus de 75 % lorsqu’on ajoute l’ancienne colonie britannique.

Chez nous, une autre étude menée par l’EUIPO évaluait à 2,5 milliards d’euros les pertes de chiffre d’affaires des entreprises belges actives dans les treize principaux secteurs frappés par la contrefaçon (pharmacie, textile, cosmétiques, téléphonie…). Cela représentait en outre plus de 8.000 emplois perdus dans notre pays (et plus de 430.000 à l’échelle de l’Union européenne).

► A lire sur Le Soir+: quels sont les biens contrefaits?

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Nissan a porté plainte au pénal contre Carlos Ghosn, son ancien patron.

    L’avenir de Carlos Ghosn s’assombrit encore un peu plus

  2. 170 kilos, c’est une masse. Qui rend impossibles la course et la marche intensive pendant plus d’un quart d’heure.

    Grand format - Journal d’un obèse: «Vous devez être malheureux pour manger comme ça»

  3. Image=d-20171222-3JPRY5_high

    Le bulletin de Theo Francken: 51%

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite