Fusillade à Utrecht: la police diffuse la photo d’un suspect originaire de Turquie

©EPA
©EPA

La police néerlandaise a rendu publique lundi la photo d’un homme originaire de Turquie qu’elle recherche dans le cadre de l’enquête sur la fusillade dans un tramway à Utrecht, au cours de laquelle une personne a été tuée et plusieurs blessées.

«  La police recherche Gökmen Tanis, 37 ans (né en Turquie) en lien avec l’incident de ce matin », affirme la police d’Utrecht sur Twitter, enjoignant au public de «  ne pas l’approcher ». Une image d’une caméra de vidéosurveillance montrant un homme vêtu d’un blouson bleu dans le tramway accompagnait le tweet.

On sait peu de choses sur le passé de Tanis. Selon le quotidien Algemeen Dagblad, le suspect a comparu le 4 mars devant un tribunal à Utrecht dans le cadre d’une affaire de viol.

Selon la chaîne NOS, la police lance un assaut dans la Beneluxlaan à Utrecht.

Plusieurs victimes, le niveau de la menace relevé

La fusillade qui a eu lieu lundi matin à Utrecht a fait « plusieurs victimes », a indiqué le NCTV, l’agence nationale pour la sécurité et le contre-terrorisme, lundi midi. Tous les blessés sont hospitalisés. Un homme armé a ouvert le feu lundi dans un tramway à Utrecht, dans le centre des Pays-Bas, tuant au moins une personne et en blessant plusieurs autres avant de prendre la fuite, un acte « potentiellement terroriste », selon la police.

► La police prend en compte « un éventuel motif terroriste »

Parmi les blessés, certains sont gravement atteints, selon la police qui n’a pu donner le nombre de blessés.

La ville d’Utrecht conseille à chacun de rester confiné à l’intérieur, d’autres incidents n’étant pas à exclure.

► Charles Michel sur la fusillade à Utrecht : « Nos services de sécurité sont vigilants »

Le trafic des trams et des bus de la ville est pour le moment interrompu.

Le niveau d’alerte pour la province d’Utrecht a été placé au stade 5, le plus haut niveau possible.

Les dernières informations en direct

Sur mobile.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les choix très différenciés des électeurs au nord et au sud du pays ne vont pas faciliter les choses.

    Elections 2019: trois constats qui vont compliquer le jeu

  2. 190526Elections

    Elections 2019 : tous les résultats à Bruxelles, en Wallonie et en Flandre (carte interactive)

  3. ELECTIONS EVENING VLAAMS BELANG-GA3DN99OL.1

    Elections 2019: percée du Vlaams Belang, le retour des démons extrémistes

Chroniques
  • Le Pen et Macron peuvent remercier les «gilets jaunes»

    Eh bien voilà, le verdict est tombé. Du grand maelström des « gilets jaunes » n’émerge qu’un seul grand vainqueur, le Rassemblement National flanqué d’un petit vainqueur : le macronisme. Et tout le reste, à l’exception, comme partout, des écologistes, plonge. Jean-Luc Mélenchon, qui se voulait la locomotive de la révolte, est celui qui plonge le plus (il perd 14 points et près des deux tiers de son électorat en deux ans, du presque jamais vu !), alors qu’Emmanuel Macron, miraculeusement, bien que devancé de moins de 1 % ne régresse, en deux ans, que de 1,4 point.

    Le PS réussit l’exploit d’enregistrer un résultat légèrement moindre que celui dont on pensait qu’il était impossible de faire pire.

    Quant à LR (la droite conservatrice), malgré un important soutien médiatique, elle perd 11,5 points par rapport au score de François Fillon qui, déjà, à cause du « poids des affaires » qui l’éclaboussaient, avait été jugé calamiteux. Un désastre ! Elle s’était dotée, cette droite, d’un assez bon chef de file, François-...

    Lire la suite