«66 jours pour sauver la justice»: les cinq revendications clefs du monde judiciaire

Ce 20 mars sera à nouveau « la journée de la justice ». Magistrats, avocats, greffiers, personnel administratif manifesteront devant les palais de justice du pays pour dénoncer leur situation et porter cinq revendications majeures. Le monde judiciaire s’est mobilisé et coordonné pour porter ce message ensemble, sous le slogan : « L’Etat de droit, j’y crois ! 66 jours pour sauver la justice ». Appel clair aux politiques, puisque 66 jours nous sépareront mercredi des élections. Durant 66 jours, différents événements seront d’ailleurs organisés pour interpeller le monde politique, notamment sur son programme pour la justice.

Eux-mêmes ont dégagé et rassemblé leurs demandes en cinq grandes revendications – qui reprennent les demandes qu’ils expriment depuis des années déjà.

► Un  : une justice accessible à tous, ce qui implique la levée des barrages financiers (assouplissement des conditions d’accès à l’aide juridique, TVA réduite sur les honoraires…,), géographiques (proximité des lieux de justice) et procéduraux (simplification des procédures).

► Deux  : le respect des cadres (magistrats, greffiers, personnel) dans toutes les juridictions et tous les parquets.

► Trois  : une autonomie de gestion du pouvoir judiciaire, qui garantisse son indépendance (fin de la tutelle du pouvoir exécutif…).

► Quatre  : des bâtiments judiciaires en bon état, fonctionnels et dignes pour tous, justiciable et personnel.

► Cinq  : un système informatique performant et intégré, qui permette une communication entre les différents acteurs de la justice, financé par l’Etat dans un cadre législatif clair.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Police et justice
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. @Belga

    Watducks: le sacre du caractère

  2. Nissan a porté plainte au pénal contre Carlos Ghosn, son ancien patron.

    L’avenir de Carlos Ghosn s’assombrit encore un peu plus

  3. Oriol Junqueras a répondu pour la première fois depuis son incarcération aux questions des journalistes, réunis dans une rédaction à plus de 600 kilomètres de l’endroit où il est emprisonné.

    Les Catalans en campagne depuis la prison

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite