Tielemans avant le match des Diables rouges face à la Russie: «Une rencontre différente de l’amical avant la Coupe du monde»

©Photonews
©Photonews

Les Diables rouges se sont rassemblés ce lundi à Tubize pour préparer les deux premières rencontres de qualifications en vue de l’Euro 2020. Les hommes de Roberto Martinez affronteront la Russie jeudi (20h45) au stade Roi Baudouin, puis Chypre dimanche prochain (20h45) à Nicosie, dans une poule I composée aussi de l’Écosse, du Kazakhstan et de Saint-Marin.

Youri Tielemans alimentera le milieu de terrain et sera chargé de faire oublier l’absence de Witsel et le départ de Fellaini. « Ce n’est pas un autre Youri, j’ai beaucoup travaillé depuis la Coupe du monde mais à Monaco les résultats n’étaient pas positifs et les changements d’entraîneurs ont rendu les choses difficiles. Mon transfert à Leicester était la meilleure chose pour moi. Quand j’étais enfant, c’était un rêve d’être en Premier League. J’ai eu de très belles expériences à Monaco, ce passage là-bas n’est pas un échec » affirme le Diable rouge. Pour Tielemans, la Russie sera un gros adversaire : « On va encore bien devoir analyser la Russie. A la Coupe du monde, c’était une belle surprise. Ils ont des capacités physiques et techniques. Cela sera différent du match amical qui a eu lieu avant le Mondial. »

Jason Denayer sera aligné en défense pour remplacer Vincent Kompany, blessé. « La saison avec Lyon s’est bien passée, on est bien classé. J’ai fait des bonnes prestations qui m’ont permis de revenir en équipe nationale et la France dispose aussi d’une bonne visibilité, explique le défenseur. Bruno Genesio m’a donné ma chance assez rapidement et il me fait confiance. Il m’aide beaucoup au quotidien et m’a aidé avec mes lacunes défensives. J’avais besoin d’avoir une certaine stabilité, dans un club fixe et ça joue sur mes performances ».

« Je suis sorti content des deux matches face à Barcelone mais surtout du match aller parce que c’était une bonne prestation collective. Le deuxième match était un peu décevant mais c’était vraiment bien de jouer un huitième de finale de Ligue des champions. Même si pour moi, il n’y a pas penalty. C’est en jouant des matches comme ceux-là qu’on grandit plus vite ».

Et de conclure avec quelques mots concernant la retraite sportive de Marouane Fellaini : « Marouane va manquer à tout le groupe. Il apportait une bonne ambiance et qui avait beaucoup d’expériences. Il nous a laissé beaucoup de bonnes choses et c’est à jour de faire avec cela désormais ».

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 13 - Groekie - PXL Tech

    Notre assiette est promise à un avenir végétarien

  2. Abdelkader et Meriem ne sont pas trop de deux pour nourrir quotidiennement près de 500 migrants et sans-abri.

    Dans les pas de «Notre-Dame de la gare du Nord»

  3. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite