Le MR perd sa majorité wallonne: le CDH restera loyal aux engagements qu’il a pris, dit Alda Greoli

©Mathieu GOLINVAUX/Le Soir
©Mathieu GOLINVAUX/Le Soir

D e l’assurance autonomie à la réforme des APE, il y a actuellement sur la table des projets qui sont essentiels pour le citoyen. Le CDH restera loyal aux engagements qu’il a pris dans l’ensemble de ces dossiers », a affirmé lundi la ministre wallonne de la Santé, Alda Greoli, alors que la coalition régionale MR-CDH vient de perdre sa courte majorité après le départ annoncé de la députée libérale Patricia Potigny vers les listes Destexhe.

► Charles Michel relativise le départ de la députée

«  J’en appelle à ce que chaque parti soit responsable et c’est en tout cas ce que le CDH fera pour l’ensemble des dossiers, et notamment en ce qui concerne la réforme des APE qui a fait l’objet d’une négociation serrée pendant de longs mois », a précisé la ministre humaniste.

La réforme, toujours contestée

Cette réforme, toujours contestée par les syndicats et les employeurs du secteur qui sont à nouveau descendus dans les rues de Namur ce lundi matin, devrait être approuvée par le parlement wallon mercredi. Le départ de Patricia Potigny pourrait toutefois changer le cours du vote, permettant à des voix dissonantes de se faire entendre.

«  Cette défection est un problème interne au MR qui doit être géré par le MR et sur lequel le CDH n’a pas à se prononcer. De notre côté, nous resterons loyaux aux engagements que nous avons pris dans l’ensemble des dossiers », a enfin assuré Alda Greoli.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

  2. ©News

    Les bulletins des Mauves face au Sporting de Charleroi: une défense inspirée, une attaque patraque

  3. «
J’ai beaucoup d’imagination et de spontanéité dans ma manière d’écrire et d’inventer de la musique.
»

    Ibrahim Maalouf: «Ma musique est métissée parce que j’écoute le monde»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite