Le Sporting Charleroi en Playoffs 2: «Ce n’est pas l’idéal de commencer à Saint-Trond», explique Mehdi Bayat

Belga
Belga

Au terme de la phase classique, le Sporting Charleroi n’est pas parvenu à se qualifier pour les Playoffs 1, alors que le club carolo avait participé à la grand-messe du football belge lors des deux dernières saisons. Les Zèbres devront donc passer par les Playoffs 2 pour espérer décrocher un ticket européen lors du prochain exercice.

Les Carolos débuteront leur parcours à Saint-Trond. « Chaque match sera important », expliquait Mehdi Bayat, l’administrateur délégué du club. « On commence à Saint-Trond sur le synthétique. Je dirais que ce n’est pas l’idéal pour commencer. Même si, finalement, c’est une surface qui ne nous réussit pas si mal que ça. Et, puis, lorsque l’on veut se positionner comme le tenant du titre (sic) des Playoffs 2, il faut prendre chaque match pour le gagner. Quelle que soit la manière dont on commence cette compétition, on devra assumer notre statut et aller jusqu’au bout. Dans tous les cas de figure, on devra prendre chaque match avec l’ambition de le gagner et avec cette volonté qui a été dite par le coach et les joueurs. On doit assumer un statut qui, en général, ne nous convient pas toujours. On l’a vu dans cette phase régulière ou en Coupe de Belgique. Là clairement, on se fixe un objectif. »

Pour clore cette phase finale, le Sporting Charleroi recevra Eupen, comme lors de la phase classique (1-2, ce dimanche). « J’espère que l’on gagnera ce match et qu’il nous permettra d’aller envisage sereinement une finale des Playoffs 2. Avant, je l’espère, de pouvoir jouer ce match de barrages contre le quatrième ou le cinquième des Playoffs 1.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Nissan a porté plainte au pénal contre Carlos Ghosn, son ancien patron.

    L’avenir de Carlos Ghosn s’assombrit encore un peu plus

  2. 170 kilos, c’est une masse. Qui rend impossibles la course et la marche intensive pendant plus d’un quart d’heure.

    Grand format - Journal d’un obèse: «Vous devez être malheureux pour manger comme ça»

  3. Image=d-20171222-3JPRY5_high

    Le bulletin de Theo Francken: 51%

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite