Crash en Ethiopie: la France confirme de «claires similitudes» avec l’accident de Lion Air

© AFP
© AFP

Le Bureau français d’enquêtes et d’analyses (BEA) a confirmé lundi que de «  claires similitudes » sont apparues entre le crash du Boeing 737 MAX d’Ethiopian Airlines et celui de Lion Air en octobre 2018, lors de l’examen des boîtes noires.

«  Au cours du processus de vérification du FDR (Flight data recorder, qui enregistre les paramètres de vol, ndlr), des similitudes claires ont été observées par les équipes d’enquêteurs entre les vols Ethiopian Airlines 302 et Lion Air 610 », a indiqué le BEA, confirmant les propos tenus la veille par la ministre éthiopienne des Transports Dagmawit Moges à Addis Abeba.

Les autorités éthiopiennes ont demandé l’aide du BEA pour extraire les données des boîtes noires car l’Ethiopie ne dispose pas de l’équipement nécessaire à leur lecture.

Les deux boîtes noires, le FDR et le CVR (Cockpit voice recorder, qui enregistre les conversations dans le cockpit), ont été endommagées durant le crash, mais pas au point d’empêcher d’en extraire les données. Un rapport préliminaire sur les causes du crash sera publié dans 30 jours, selon le BEA et les autorités éthiopiennes.

L’accident du vol d’Ethiopian Airlines survenu le 10 mars est le second en moins de cinq mois pour le Boeing 737 MAX 8, après celui de l’appareil de Lion Air, abîmé en mer de Java en tuant 189 personnes. L’appareil est désormais cloué au sol dans le monde entier.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les Français pourraient devoir travailler plus longtemps pour accéder à la pension.

    Macron enjoint aux Français de travailler plus

  2. © Belga.

    Elections: nonante-cinq députés et deux ministres s’en vont

  3. @Belga

    Antwerp - Standard: un vrai choc pour l’Europe

Chroniques
  • Vie privée et numérique: grimacez! Vous êtes filmé

    Début avril, le New York Times a lancé une série spéciale, intitulée le Privacy Project, qui sonne le tocsin contre tous ceux qui nous espionnent, nous filment, nous fichent, nous taggent, nous ciblent. « Les pays occidentaux sont en train de construire un Etat de surveillance aussi totalitaire que celui actuellement mis en œuvre par le gouvernement chinois », s’inquiétait le chroniqueur Farhad Manjoo.

    Exagération ? On a peine à s’imaginer que le système de surveillance chinois, en particulier son recours massif à la reconnaissance faciale pour traquer les citoyens déviants, puisse être adopté par des démocraties libérales. Et pourtant. « Nous avons abandonné trop de contrôle sur notre vie numérique, écrivait sa collègue Kara Swisher. Nous ne pouvons plus le tolérer ».

    Elle n’est pas seule...

    Lire la suite

  • Pour lutter contre la peur du vaccin, l’humain doit primer

    Certes, bien des nations nous envient notre système de santé. Son excellence académique, son équipement de haut niveau, sa densité sont des réalités incontestables. Mais le système gémit sous les coups de boutoir de la crise. Pénurie de médecins et d’infirmières, restriction des soins, fusions d’établissements : le futur ne se dessine pas en rose au fil des 121 indicateurs livrés par le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE)....

    Lire la suite