Dimitri De Condé (Genk) s’exprime sur le calendrier des Playoffs 1: «Il faudra contrôler les émotions» (vidéo)

Photo News
Photo News

Ce lundi, c’était un moment important pour le Racing Genk. Alors qu’ils ont terminé en tête de la phase classique, les Limbourgeois ont hérité d’un calendrier « favorable » pour ces Playoffs 1, qui s’annoncent très indécis.

Dimitri De Condé, le directeur sportif du club, s’est en effet montré satisfait. Surtout du fait de commencer la campagne à domicile (contre Anderlecht) et de la terminer à la maison (contre le Standard). « Lors des quatre premiers matches, on en a trois à la maison », se réjouissait le principal intéressé. « Pour nous, c’était important de commencer à la maison et de finir aussi chez nous. On commence contre Anderlecht et on finit contre le Standard. Les Playoffs 1, c’est un roller coaster (NDLR : les montages russes) des émotions. Il faut contrôler ces émotions. Nous avons déjà notre ticket européen, mais nous n’allons pas changer notre manière de jouer et notre philosophie. Il faut se concentrer sur le prochain match. C’est d’ailleurs ce que l’on a fait depuis le début de saison. Et, depuis mi-octobre, nous sommes premiers du classement. On ne s’est jamais concentré sur le long terme, seulement sur le match prochain. »

Si le Racing Genk dispose d’un petit viatique d’avance sur ses adversaires, il lui faudra néanmoins se méfier des autres équipes, qui voudront rattraper les joueurs de Philippe Clement. « Bruges a un tout bon collectif. Mais, on sait aussi que le Standard est capable de tout faire. Il y aussi Anderlecht qui gagne des points assez facilement pour le moment. Mais, également, La Gantoise et une équipe très forte comme l’Antwerp. Ce sera très serré. On sait que chaque match va être difficile, mais c’est pour toutes les équipes », concluait Dimitri De Condé, très prudent.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Jean-Pierre et Luc Dardenne

    Pourquoi les films des frères Dardenne sont faits pour Cannes

  2. Le 4 août 1981, Reagan convoqua la presse à la roseraie de la Maison-Blanche...

    Quand décolla le «reaganisme»

  3. Le retour de Farage au cœur de l’échiquier politique britannique souligne l’exaspération du peuple du Leave devant l’impasse du Brexit.

    Brexit: le retour de Nigel Farage ou le spectre de 2014

  • Notre-Dame: la générosité ne garantit pas l’indulgence

    Dans 500 ans – si la planète est toujours là –, les visiteurs de la nouvelle cathédrale de Notre-Dame de Paris s’interrogeront sur l’identité de cette gargouille et de cette guivre à tête humaine qui orneront peut-être la partie restaurée du bâtiment : « Mais qui sont ces gens ? » On leur répondra : les donateurs de l’époque. Lorsque Notre-Dame a brûlé, deux hommes, François Pinault et Bernard Arnault, ont cassé leur tirelire pour permettre à ce monument de reprendre le cours de sa longue vie et au peuple de...

    Lire la suite