Le Standard «a besoin de stabilité» pour pouvoir viser le titre en Playoffs 1, selon Alexandre Grosjean (vidéo)

Le Standard «a besoin de stabilité» pour pouvoir viser le titre en Playoffs 1, selon Alexandre Grosjean (vidéo)
Photo News

Comme l’an passé, le Standard disputera le match d’ouverture des Playoffs I à domicile. Après Charleroi en 2018, c’est l’Antwerp qui se présentera à Sclessin le 29 mars pour inaugurer cette deuxième phase de la Jupiler Pro League. « Le plateau est magnifique, il faudra démarrer de la meilleure façon possible. Mais l’Antwerp est la seule équipe du top 6 à nous avoir battus à domicile », a résumé le directeur général Alexandre Grojean.

Le Standard débutera les Playoffs à la troisième place à 5 points du leader. Les Rouches ayant déjà effectué de belles remontées au classement par le passé, avec quelles ambitions se présentera le club liégeois ? « On est loin du titre ! », balaye d’emblée Grosjean. « Pour le titre, il faut de la stabilité. On l’a encore vu hier (victoire 4-3 contre Waasland-Beveren après avoir été mené 0-3), on peut montrer deux visages entre la première et la deuxième période. Les remontées sont dans notre ADN, on souffle le chaud et le froid. Mais on recherche la stabilité. C’est elle qui va nous permettre de construire sur le long terme. Le projet se construit. Nous voulons réaliser les meilleurs Playoffs possibles et le Standard est capable de sortir des grands matchs. »

Le Standard commencera les Playoffs à domicile. « C’est un avantage », pense Alexandre Grosjean. « On est toujours très sensibles à présenter un beau match à nos abonnés. L’Antwerp est la seule équipe du top 6 à nous avoir battus à domicile. Il y a toujours une bonne ambiance à Sclessin, a fortiori vu le plateau de ces Playoffs. »

Le Standard terminera le championnat le 19 mai à Genk, premier de la phase classique. « On en est encore loin, tous les matchs sont importants dans ces Playoffs. »

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Emmanuel Macron apparaît comme le meilleur interlocuteur de Vladimir Poutine sur la scène européenne, face à une Angela Merkel déclinante où des leaders eurosceptiques ayant moins d’influence.

    Diplomatie: au fort de Brégançon, Macron tend la main à Poutine pour préparer le G7

  2. Arnaud Jacquemin, administrateur délégue d’Univers Drink
: «
Il y a dix ans, quand nous avons lancé nos produits, le sans alcool passait inaperçu. Aujourd’hui, c’est un vrai phénomène.
»

    Bières et vins sans alcool: une croissance à faire tourner la tête

  3. Souvent, dans les points relais, une pièce est dédiée aux colis.

    Les points relais, stressants, énergivores et peu rentables

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: le {Culot} d’Arthur Masson

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé que le wallon reçoit, dans la bande dessinée, un traitement parallèle à celui dont a bénéficié le Brussels Vloms dans quelques albums d’Hergé. Ce même wallon peut-il parfois se retrouver dans des textes où il serait mélangé avec du français, à l’image du bruxellois « beulemans », hybride de flamand et de français ? Eh bien oui ! Quelques auteurs se sont illustrés naguère dans cet exercice, tantôt en créant un parler mixte wallo-français, tantôt en insérant des séquences de wallon dans un texte rédigé en majeure partie en français.

    Le premier cas de figure fera l’objet d’un prochain billet. Quant au second, il a été principalement illustré par un auteur quelque peu oublié des jeunes générations, mais dont le succès a été spectaculaire dans la seconde moitié du 20e siècle : Arthur Masson. Né en 1896 à Rièzes (...

    Lire la suite

  • Au Pukkelpop, le drapeau qui met le feu. Dangereux...

    Suite à la proposition faite par la N-VA au prochain gouvernement flamand d’établir un « canon » de l’identité flamande, des historiens du nord du pays ont dénoncé une mauvaise manière d’enseigner l’histoire. Il faudrait plutôt, affirmaient-ils, expliquer aux jeunes que l’histoire est une construction qui est déterminée par les questions que l’on pose au passé. Ce serait encore mieux si ces questions étaient posées par les élèves....

    Lire la suite