Brexit: Theresa May ne peut pas soumettre son accord à un nouveau vote

© AFP
© AFP

Le gouvernement britannique ne pourra pas soumettre une nouvelle fois au vote des députés son accord de Brexit sans y apporter de changement substantiel, a annoncé lundi le président de la Chambre des Communes John Bercow. La Première ministre Theresa May avait annoncé son intention de représenter d’ici mercredi le Traité de retrait négocié avec Bruxelles, qui avait été retoqué tel quel la semaine dernière par les députés.

«  Si le gouvernement veut présenter une nouvelle proposition qui n’est pas la même ou substantiellement la même (que celle qui a été déjà rejetée, NDLR), alors tout est en ordre », a souligné le speaker de la Chambre. «  Mais le gouvernement ne peut pas représenter lors de la même session parlementaire la même proposition ou substantiellement la même que celle qui a été rejetée la semaine dernière par 149 votes », a-t-il ajouté, se basant sur une convention «  très forte et ancienne, remontant au 2 avril 1604 ». Cette convention a été invoquée à plusieurs reprises dans l’histoire parlementaire britannique. «  C’est une règle nécessaire pour assurer que le temps de la Chambre est utilisé de façon sensée et le respect nécessaire de ses décisions », a ajouté Bercow.

La Première ministre Theresa May avait annoncé vouloir soumettre à nouveau au vote des députés son accord de retrait de l’UE d’ici au 20 mars.

Il a justifié la raison pour laquelle il avait accepté un nouvel examen de l’accord de divorce la semaine dernière, après un premier rejet le 15 janvier par une majorité écrasante des députés. «  C’était une proposition différente », a-t-il dit, soulignant qu’«  elle contenait un certain nombre de changements légaux » et était accompagnée de la publication de trois nouveaux documents, que Theresa May avait obtenus de l’UE après une visite éclair à Strasbourg.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :brexit|Politique|Theresa May
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © René Breny - Le Soir

    Le prix des maisons a augmenté de 25% en huit ans

  2. Bruxelles-les-Bains a vécu. La faute aux travaux programmés. Et à une volonté de décentralisation.

    Bruxelles-les-Bains, c’est fini: place à Hello Summer

  3. Les Français pourraient devoir travailler plus longtemps pour accéder à la pension.

    Macron enjoint aux Français de travailler plus

Chroniques
  • Vie privée et numérique: grimacez! Vous êtes filmé

    Début avril, le New York Times a lancé une série spéciale, intitulée le Privacy Project, qui sonne le tocsin contre tous ceux qui nous espionnent, nous filment, nous fichent, nous taggent, nous ciblent. « Les pays occidentaux sont en train de construire un Etat de surveillance aussi totalitaire que celui actuellement mis en œuvre par le gouvernement chinois », s’inquiétait le chroniqueur Farhad Manjoo.

    Exagération ? On a peine à s’imaginer que le système de surveillance chinois, en particulier son recours massif à la reconnaissance faciale pour traquer les citoyens déviants, puisse être adopté par des démocraties libérales. Et pourtant. « Nous avons abandonné trop de contrôle sur notre vie numérique, écrivait sa collègue Kara Swisher. Nous ne pouvons plus le tolérer ».

    Elle n’est pas seule...

    Lire la suite

  • Macron: le prix à payer pour une politique «plus humaine»

    L’intervention d’Emmanuel Macron ce jeudi soir était censée ranimer son quinquennat. Un mandat toujours englué, après deux ans de pouvoir, dans une crise sociale sans fin et une impopularité record. Pas sûr que le but ait été atteint.

    Certes, le moment était grave. Il a su trouver le ton juste pour regretter ses erreurs et retracer un...

    Lire la suite