Brexit: Theresa May ne peut pas soumettre son accord à un nouveau vote

© AFP
© AFP

Le gouvernement britannique ne pourra pas soumettre une nouvelle fois au vote des députés son accord de Brexit sans y apporter de changement substantiel, a annoncé lundi le président de la Chambre des Communes John Bercow. La Première ministre Theresa May avait annoncé son intention de représenter d’ici mercredi le Traité de retrait négocié avec Bruxelles, qui avait été retoqué tel quel la semaine dernière par les députés.

«  Si le gouvernement veut présenter une nouvelle proposition qui n’est pas la même ou substantiellement la même (que celle qui a été déjà rejetée, NDLR), alors tout est en ordre », a souligné le speaker de la Chambre. «  Mais le gouvernement ne peut pas représenter lors de la même session parlementaire la même proposition ou substantiellement la même que celle qui a été rejetée la semaine dernière par 149 votes », a-t-il ajouté, se basant sur une convention «  très forte et ancienne, remontant au 2 avril 1604 ». Cette convention a été invoquée à plusieurs reprises dans l’histoire parlementaire britannique. «  C’est une règle nécessaire pour assurer que le temps de la Chambre est utilisé de façon sensée et le respect nécessaire de ses décisions », a ajouté Bercow.

La Première ministre Theresa May avait annoncé vouloir soumettre à nouveau au vote des députés son accord de retrait de l’UE d’ici au 20 mars.

Il a justifié la raison pour laquelle il avait accepté un nouvel examen de l’accord de divorce la semaine dernière, après un premier rejet le 15 janvier par une majorité écrasante des députés. «  C’était une proposition différente », a-t-il dit, soulignant qu’«  elle contenait un certain nombre de changements légaux » et était accompagnée de la publication de trois nouveaux documents, que Theresa May avait obtenus de l’UE après une visite éclair à Strasbourg.

Sur le même sujet
brexitPolitiqueTheresa May
 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Objectif
: soulager les Bruxellois de la congestion automobile.

    La taxe kilométrique, qui en veut?

  2. «
Die Welt
» a pu rencontrer à Moscou, dans une chambre d’hôtel, Edward Snowden, ancien espion et Américain sans passeport réfugié en Russie. L’homme a rendu publique en 2013 la surveillance de masse et globale des communications mise en place par les agences de renseignement américaines, la CIA et la National Security Agency NSA.

    Edward Snowden: «Je n’aurai plus jamais le contrôle de ce qui m’arrive»

  3. POLITICS ECOLO CHAIRMAN ELECTION

    Ecolo: les leçons du passé, pour éviter le ressac

La chronique
  • Quo vadis, Boris Johnson?

    Bien malin qui pourrait comprendre ou même deviner la moindre ligne directrice dans la manière dont Boris Johnson mène sa « négociation » avec l’Union européenne… Il y a une dizaine de jours, une brève lueur d’espoir avait pu naître chez ceux qui continuaient à espérer que le nouveau Premier ministre britannique s’avérerait plus rationnel qu’il n’y paraissait jusque-là. D’une part, son idée de faire de l’île d’Irlande un territoire régi par les mêmes règles pour le secteur agro-alimentaire avait pu être comprise comme un premier...

    Lire la suite