Anderlecht commencera les Playoffs 1 à Genk: «On peut d’emblée revenir à trois points», estime Gunter Van Handenhoven (vidéo)

Photo News
Photo News

Un déplacement directement chez le leader, est-ce une bonne chose ? « On va le savoir après, c’est difficile de juger maintenant. Ce qui est sûr, c’est qu’on va directement être dedans », a souri Van Handenhoven.

« Rien ne sera pas décidé, mais on peut directement revenir à 3 points de Genk… ou être relégué à 9. Avec 6 points de retard, on ne peut pas faire de faux pas. »

Anderlecht a terminé une phase classique difficile à la quatrième place. De quoi lui ôter de la pression ? « Il y a toujours de la pression à Anderlecht. On est quatrième, on va jouer tous les coups à fond. L’objectif, c’était de se qualifier pour les Playoffs 1. On a joué des finales pour y arriver. Chaque match sera encore une finale. Parler de titre, ce n’est pas juste, il faut être réaliste. On a envie de décrocher un ticket européen. C’est rare qu’un club avec beaucoup de points de retard gagne le titre, ça nous est arrivé une fois avec Besnik Hasi en 2014. Il faudra essayer de gagner le plus de matchs… »

Anderlecht espère compter sur le retour d’Adrien Trebel et Landry Dimata durant la phase décisive. « Trebel est en bonne voie. Il a effectué quelques entraînements avec le groupe. Le plus important, c’est de l’avoir fit dans les Playoffs. Mais je ne sais pas encore à partir de quand. Dimata, sa rééducation est en bonne voie. Il a fait le choix du repos, j’espère qu’on pourra l’avoir durant les playoffs. »

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Le loyer, l’université, les sorties et les courses... Kenzy paie tout
: «
J’avais envie de pouvoir être autonome, indépendant
».

    Les débrouillards: Kenzy, des études, deux boulots et une multitude de projets

  3. Le président Trump aux petits soins pour Paula White dans la salle Roosevelt de la Maison Blanche.

    Paula White, la télévangéliste qui a signé un pacte avec Trump

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite