Attaque terroriste en Nouvelle-Zélande: l’attentat vise en fait la Turquie, d’après Erdogan

Lattentat commis par un extrémiste de droite contre deux mosquées en Nouvelle-Zélande fait partie d’une «opération» plus large qui vise la Turquie, a estimé lundi son président Recep Tayyip Erdogan.

«Ce n’est pas un acte isolé, c’est quelque chose d’organisé», a déclaré Erdogan lors d’un discours à Canakkale (ouest). «Ils sont en train de nous tester avec le message qu’ils nous envoient depuis la Nouvelle-Zélande, à 16.500 km d’ici».

La Turquie a vivement condamné le massacre perpétré vendredi dans deux mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, y voyant le signe d’une «hausse de l’islamophobie».

Dans le même temps, Erdogan, qui cherche à exalter sa base nationaliste et religieuse à moins de deux semaines d’élections locales qui s’annoncent serrées, a fait de cette attaque le thème central de ses meetings quotidiens.

Pendant le week-end, il a même projeté sur écran géant des extraits de la vidéo filmée par l’assaillant lors de plusieurs meetings, suscitant de nombreuses critiques au moment où les réseaux sociaux et plateformes de partage s’efforcent d’en limiter la diffusion.

Il s’en est également pris aux pays occidentaux auxquels il a reproché de ne pas parler de «terrorisme chrétien» alors qu’ils «parlent de terrorisme islamique» lorsqu’un attentat est commis au nom de l’islam.

Le chef de l’Etat turc a plusieurs fois fait référence au «manifeste» posté par l’auteur présumé de l’attaque dans lequel il émet notamment le souhait de voir Istanbul redevenir la Constantinople chrétienne qu’elle était avant sa conquête par les Ottomans en 1453.

Il déclare notamment que la basilique Sainte-Sophie d’Istanbul, transformée en mosquée par les Ottomans puis devenue un musée, sera «libérée» de ses minarets.

«Nous sommes ici depuis mille ans et si Dieu le veut, nous resterons ici jusqu’à l’apocalypse. Vous n’arriverez pas à faire d’Istanbul une Constantinople», a lancé Erdogan lors du discours lundi.

En référence à la présence de contingents australiens et néo-zélandais affrontant les forces ottomanes pendant la Première Guerre mondiale, il a ajouté: «Il y a un siècle, vos aïeuls (...) sont repartis à pied ou dans des cercueils. Si votre intention est la même que la leur, nous vous attendons».

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le patrimoine financier des Belges se montait au 31 décembre à 1.317,4 milliards d’euros, soit 22,4 milliards de moins qu’un an auparavant.

    Le patrimoine financier des Belges diminue pour la première fois en 10 ans

  2. BXL

    Le bulletin des ministres bruxellois: discrète satis’ pour le gouvernement Vervoort

  3. Wallonie

    Le bulletin des ministres wallons: deux exécutifs pour deux demi-bilans

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • Bulletin des ministres: la Belgique de fiston fait mieux que celle de papa

    Soixante-deux journalistes du « Soir », du « Standaard » et de « Bruzz » à Bruxelles se sont prêtés à l’exercice délicat d’attribuer une cote à tous les ministres francophones et flamands de ce pays. Nous publions ce mercredi les derniers bulletins. Un exercice qui contient certainement sa part de subjectivité mais qui livre d’intéressants enseignements. On constatera d’abord qu’en appliquant la même méthode d’évaluation, le gouvernement fédéral obtient une moyenne de 54 %, alors que Bruxelles atteint 59...

    Lire la suite