Grande America: des barrages flottants mis en place pour la première fois

© AFP
© AFP

Des barrages flottants ont pu être mis en place pour la première fois lundi dans la zone du naufrage du Grande America, dans le golfe de Gascogne, grâce à l’amélioration des conditions météorologiques, a annoncé la préfecture maritime de l’Atlantique.

«Les opérations de lutte antipollution se sont poursuivies, avec la mise en place de barrages flottants et de chaluts», lit-on dans un communiqué.

«A partir d’aujourd’hui on commence vraiment à avoir des conditions météo qui permettent la mise à l’eau de matériel. Des chaluts avaient déjà été mis à l’eau, les barrages flottants c’est la première fois», a expliqué à l’AFP le porte-parole de la préfecture maritime Riaz Akhoune.

Plusieurs navires mènent les opérations de lutte antipollution dans la zone, dont l’Argonaute et le Sapeur affrétés par la Marine nationale, mais aussi le Partisan et le Ria de Vigo affrétés par l’Agence européenne de la sécurité maritime (EMSA) ou encore le remorqueur espagnol Alonso de Chaves. Un second remorqueur espagnol, le Maria de Maetzu, est attendu mardi dans la zone.

Un vol d’observations aériennes a été réalisé au cours de la journée par un avion de l’agence gouvernementale espagnole en charge de la sauvegarde maritime (Sasemar).

A la verticale de l’épave, qui a sombré le 12 mars par 4.600 mètres de fond après un violent incendie, «une irisation de surface parsemée d’amas de fioul lourd est visible», indique la préfecture maritime, ajoutant que la pollution initiale émise par le navire italien lors de son naufrage «dérive», sans toutefois spécifier la direction. Cette pollution est «constituée d’amas de fioul lourd disséminés en surface», précise la même source.

Par ailleurs, «les autorités maritimes restent vigilantes quant aux éventuels rejets illicites d’hydrocarbures par des navires pollueurs opportunistes», souligne-t-elle.

Le remorqueur Union Lynx, affrété par l’armateur, la société Grimaldi, procède au «remorquage d’un container de matière non dangereuse vers le port de La Rochelle». Il devrait ensuite tenter de récupérer l’une des deux embarcations de survie du Grande America, localisée à la dérive à environ 55 km à l’ouest des côtes.

Le navire italien, parti de Hambourg pour Casablanca, a coulé à 333 km à l’ouest de La Rochelle avec à son bord 365 conteneurs, dont 45 répertoriés comme contenant des matières dangereuses, plus de 2.000 véhicules, ainsi que 2.200 tonnes de fioul lourd dans ses soutes. Ses 27 occupants ont été secourus et ramenés à Brest, où une enquête pour pollution accidentelle a été ouverte.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Emmanuel Macron apparaît comme le meilleur interlocuteur de Vladimir Poutine sur la scène européenne, face à une Angela Merkel déclinante où des leaders eurosceptiques ayant moins d’influence.

    Diplomatie: au fort de Brégançon, Macron tend la main à Poutine pour préparer le G7

  2. Souvent, dans les points relais, une pièce est dédiée aux colis.

    Les points relais, stressants, énergivores et peu rentables

  3. Photo testamentaire.

    Et ce fut la fin des Beatles

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: le {Culot} d’Arthur Masson

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé que le wallon reçoit, dans la bande dessinée, un traitement parallèle à celui dont a bénéficié le Brussels Vloms dans quelques albums d’Hergé. Ce même wallon peut-il parfois se retrouver dans des textes où il serait mélangé avec du français, à l’image du bruxellois « beulemans », hybride de flamand et de français ? Eh bien oui ! Quelques auteurs se sont illustrés naguère dans cet exercice, tantôt en créant un parler mixte wallo-français, tantôt en insérant des séquences de wallon dans un texte rédigé en majeure partie en français.

    Le premier cas de figure fera l’objet d’un prochain billet. Quant au second, il a été principalement illustré par un auteur quelque peu oublié des jeunes générations, mais dont le succès a été spectaculaire dans la seconde moitié du 20e siècle : Arthur Masson. Né en 1896 à Rièzes (...

    Lire la suite

  • La Flandre ne marche pas au son du canon

    Il y a plusieurs choses à retenir dans l’interview que nous accorde Bruno De Wever, historien très réputé et par ailleurs frère de Bart De Wever, le président de N-VA. Mais la plus importante est que ses propos sont identiques à ceux qu’il tient en Flandre. La contestation de la parole nationaliste n’est ainsi pas la spécialité de francophones obsessionnels, qui ne verraient les propositions de la N-VA que comme des provocations et des attaques en règle. Il y a au nord du pays nombre d’experts qui n’hésitent pas à monter au créneau pour...

    Lire la suite