Attentat en Nouvelle-Zélande: le groupe État islamique promet de se venger

© Reuters
© Reuters

Après l’attaque commise sur deux mosquées à Christchurch en Nouvelle-Zélande, l’État islamique a promis de se venger, a indiqué le porte-parole du groupe terroriste Abu al-Hassan al-Muhajir dans un message audio.

La véracité du monologue de 40 minutes n’a toutefois pas pu être vérifiée même s’il a été diffusé par les canaux habituels de l’EI sur les réseaux sociaux.

Vendredi, l’extrémiste de droite australien Brenton Tarrant (28 ans), fasciste autoproclamé, a abattu 50 personnes dans la mosquée al-Nour et celle de Linwood. Trente autres victimes blessées sont encore soignées dans des hôpitaux. L’homme risque la prison à vie.

Le porte-parole de l’EI a menacé les Etats-Unis et leurs alliés pour leur offensive en Syrie alors que les Forces démocratiques syriennes (FDS) resserraient l’étau sur l’ultime réduit du groupe État islamique (EI) dans l’est du pays.

Abi Hassan al-Mujahir a dès lors appelé lundi soir ses partisans à se venger sur les combattants kurdes dans le reste de la Syrie.

► Attentat en Nouvelle-Zélande: un message anonyme menace d’attaquer une gare belge

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pierre-Yves Dermagne

    Ventes de Voo et de Win: Enodia et Nethys ont cinq jours ouvrables pour répondre au ministre

  2. Stéphane Moreau (à gauche) et François Fornieri sont à la fois dans la société vendeuse et dans la société acquéreuse.

    Nethys a vendu Win à Fornieri sans mise en concurrence: les dessous de l’accord

  3. La Ville de Bruxelles assume simplement ses obligations de propriétaire
: entretenir le bien pour permettre le maintien de son exploitation, guère plus de 1,5
million par an.

    Le stade Roi Baudouin maintenu: aucun gouvernement ne veut payer pour un nouveau stade national

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite