Attentat en Nouvelle-Zélande: le groupe État islamique promet de se venger

© Reuters
© Reuters

Après l’attaque commise sur deux mosquées à Christchurch en Nouvelle-Zélande, l’État islamique a promis de se venger, a indiqué le porte-parole du groupe terroriste Abu al-Hassan al-Muhajir dans un message audio.

La véracité du monologue de 40 minutes n’a toutefois pas pu être vérifiée même s’il a été diffusé par les canaux habituels de l’EI sur les réseaux sociaux.

Vendredi, l’extrémiste de droite australien Brenton Tarrant (28 ans), fasciste autoproclamé, a abattu 50 personnes dans la mosquée al-Nour et celle de Linwood. Trente autres victimes blessées sont encore soignées dans des hôpitaux. L’homme risque la prison à vie.

Le porte-parole de l’EI a menacé les Etats-Unis et leurs alliés pour leur offensive en Syrie alors que les Forces démocratiques syriennes (FDS) resserraient l’étau sur l’ultime réduit du groupe État islamique (EI) dans l’est du pays.

Abi Hassan al-Mujahir a dès lors appelé lundi soir ses partisans à se venger sur les combattants kurdes dans le reste de la Syrie.

► Attentat en Nouvelle-Zélande: un message anonyme menace d’attaquer une gare belge

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :États-Unis|Nouvelle-Zélande|Daesh
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Plus d’éclats de rire que de voix entre Maingain et Prévot.

    Le face-à-face: Maingain-Prévot, d’accord sur la Justice, moins sur Bruxelles

  2. ©Belga

    Les coulisses du retour de Vincent Kompany à Anderlecht

  3. Oulare et les Rouches n’ont eu que peu d’occasions à Genk dimanche.

    Le Standard en Europe sans passer par la case «barrage»

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite