NBA: Denver en playoffs, San Antonio toujours chaud (vidéos)

©AFP
©AFP

Ce n’était plus qu’une formalité, Denver l’a remplie lundi : en s’imposant à Boston (114-105) les Nuggets ont décroché leur billet pour les playoffs de NBA, dans le sillage de Golden State qui, déjà qualifié, a cédé sur le parquet de San Antonio (111-105).

Avec les 21 points et 13 rebonds de Nikola Jokic, ainsi que les 20 points de Will Barton, Denver a aligné une quatrième victoire consécutive. Les Nuggets affichent le même bilan (47 v-22 d) que le double champion en titre Golden State en tête de la conférence Ouest. Car les Warriors se sont inclinés chez les Spurs emmenés par DeMar DeRozan (26 points) et LaMarcus Aldridge (23 points, 13 rebonds).

Avec cette 9e victoire d’affilée, San Antonio (42 v-29 d) passe au 5e rang de la conférence Ouest avec le même bilan qu’Oklahoma City qui a perdu contre Miami (116-107). « Nous avons travaillé très dur », a souligné le coach des Spurs Gregg Popovich. « Nous avons maintenu notre effort pendant 48 minutes et avons beaucoup appris ».

En face, Stephen Curry a été le meilleur marqueur (25 pts) des Warriors, bien épaulé par Kevin Durant (24 pts) qui faisait son retour après avoir manqué deux matchs sur blessure. « Nous avons connu des baisses de régime à des moments clés », a regretté Curry. « Nous nous sommes bien battus, mais ils ont mis les paniers quand il le fallait. »

Les Spurs se sont appuyés sur une défense de fer, élément fondamental de leur série victorieuse actuelle, mais pour Klay Thompson (14 pts pour les Warriors), la clé du match a bien été la maladresse de son équipe. Qu’ont fait les Spurs pour gagner ? « Absolument rien. Nous avons simplement manqué des tirs », a-t-il commenté.

Toronto sans pitié

Les Warriors ont également profité de ce match pour faire faire ses nouveaux débuts à l’Australien Andrew Bogut, arrivé le 6 mars en Californie après avoir terminé sa saison dans le championnat australien. En 10 minutes de jeu, Bogut qui avait déjà porté le maillot de Golden State de 2012 à 2016 et été un des joueurs clés du titre 2015, a marqué 7 points et pris 7 rebonds.

À Dallas, le joueur de La Nouvelle-Orléans Elfrid Payton est devenu le 5e joueur de l’histoire de la NBA à réussir un 5e triple double (trois catégories de statistiques à dix unités ou plus) consécutif. Auteur de 17 points, 10 rebonds et 11 passes décisives, Payton a permis aux Pelicans de dominer les Mavericks (129-125 après prolongation).

Par ailleurs, Toronto bien que déjà qualifié pour les playoffs a été sans pitié pour New York, écrasant (128-92) la plus mauvaise équipe de la saison. Mais la joie des Raptors n’a pu être complète puisqu’ils ont perdu Kyle Lowry (15 pts) en cours de jeu sur blessure à une cheville.

Au cours de ce match, l’Allemand de Dallas Dirk Nowitzki a délogé le légendaire Wilt Chamberlain de la 6e place des meilleurs marqueurs de l’histoire de la NBA : en marquant 8 points lundi, le joueur de 40 ans a porté son total à 31.424 points en 20 saisons.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. MontageFederal

    Le bulletin du gouvernement fédéral: les notes des ministres

  2. Le loyer, l’université, les sorties et les courses... Kenzy paie tout
: «
J’avais envie de pouvoir être autonome, indépendant
».

    Les débrouillards: Kenzy, des études, deux boulots et une multitude de projets

  3. Maria Alyokhina sur scène à Edimbourg en Ecosse, le 15 août 2018.

    Marsha, membre des Pussy Riot: «Il faut choisir de ne pas se taire»

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite