Négociations salariales: plusieurs sections de la FGTB rejettent le projet d’accord et appellent à la grève

© Belga
© Belga

Lundi soir, réunis dans le cadre d’un comité régional, plus de 130 délégués de la FGTB Brabant wallon se sont penchés sur le projet d’accord interprofessionnel (AIP) 2019-2020. Et ils l’ont rejeté à l’unanimité, considérant notamment que la marge salariale définie à 1,1 % est insuffisante. La FGTB Brabant wallon pointe aussi les propositions en matière de mobilité, qui ne sont pas à la hauteur des revendications des milliers de jeunes mobilisés pour le climat. Les membres du comité régional estiment qu’il faut un plan d’actions fort et plaideront pour une grève de 24 heures avant la fin avril.

À l’analyse, pour les délégués de la FGTB Brabant wallon, il apparaît que la marge salariale d’1,1 % prévue par le projet d’accord interprofessionnel ne permet pas une augmentation significative du pouvoir d’achat, à hauteur des besoins de la population. Cette augmentation apparaît également insuffisante au regard de l’enjeu de société qu’elle représente : une augmentation de 10 centimes d’euros par heure ne peut pas être considérée comme une avance, estime la FGTB Brabant wallon. Celle-ci précise également que l’évolution des allocations sociales ne peut être en aucun cas associée au projet d’accord interprofessionnel.

Vers une grève ?

«  Le comité régional de ce 18 mars estime qu’une réponse par un plan d’actions fort, interprofessionnel et national, permettra d’obtenir du patronat une augmentation du pouvoir d’achat à la hauteur de ce que les travailleurs et travailleuses méritent, au regard de leur contribution dans les richesses créées. La Régionale FGTB Brabant wallon plaidera, au sein de la FGTB, pour une grève de minimum 24 heures en faveur du pouvoir d’achat avant la fin du mois d’avril », conclut la FGTB Brabant wallon dans un communiqué.

Avant la FGTB Brabant wallon, la centrale générale et la régionale liégeoises de la FGTB, ainsi que les régionales Verviers-Communauté germanophone et du Centre du syndicat socialiste s’étaient déjà prononcées contre le projet d’AIP.

Le vote au comité fédéral du syndicat socialiste interviendra le 26 mars.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Grève
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. @Belga

    Hockey: les Watducks, le sacre du caractère

  2. La direction de Skeyes demande de la souplesse dans les horaires. Ce qui a été fait durant de longs mois mais débouche, selon les syndicats, à une impasse.© Belga.

    Skeyes: une crise aux enjeux multiples

  3. Volodymyr Zelensky s’est déjà dit ouvert à la reprise d’un dialogue avec Moscou.

    Face à Zelensky, le «wait and see» de Moscou

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite