JO Tokyo 2020: mis en examen pour corruption, Tsunekazu Takeda quittera la présidence du Comité olympique japonais en juin

©AFP
©AFP

L’homme-clef des Jeux olympiques de 2020 à Tokyo, Tsunekazu Takeda, a annoncé mardi sa décision de quitter en juin la présidence du Comité olympique japonais, à la suite de sa mise en examen pour corruption par la justice française.

« J’ai atteint la limite d’âge, (…) j’ai pensé que la décision la plus convenable était de me retirer du Comité japonais et du Comité international olympique », a déclaré M. Takeda, 71 ans, à l’issue d’une réunion à Tokyo.

Le responsable, qui préside l’instance olympique japonaise depuis 2001, espérait initialement pouvoir rester jusqu’aux JO de Tokyo, mais sa mise en cause par les enquêteurs français l’a contraint à revoir ses plans.

« Pendant 18 ans, j’ai présidé le comité. Tokyo a été choisi grâce aux efforts de tous, les préparatifs avancent comme il faut », mais il est temps de passer le relais aux nouvelles générations « à l’approche des JO », a-t-il souligné, visiblement affecté. « Une nouvelle ère s’ouvre », a-t-il ajouté.

D’après les médias, plusieurs candidats sont en lice pour le remplacer, dont l’ex-champion olympique de judo Yasuhiro Yamashita, déjà membre du comité.

Versements suspects

M. Takeda est soupçonné par le juge français Renault Van Ruymbeke d’avoir autorisé deux versements suspects, en juillet et octobre 2013, pour obtenir « des votes favorables de membres du Comité international olympique » (CIO) lors de l’attribution des JO à Tokyo, le 7 septembre 2013.

Depuis que sa mise en examen a été rendue publique en janvier, il a limité les apparitions publiques. Il a dû annuler des déplacements et avait refusé lors d’une conférence de presse d’à peine 7 minutes à Tokyo de répondre aux questions des journalistes, se contentant de lire un texte où il réfutait les accusations portées à son encontre.

Les deux virements représentant 2,8 millions de dollars singapouriens (1,8 million d’euros au cours actuel) ont atterri sur le compte d’une société totalement inconnue, Black Tidings, sous le libellé « Tokyo 2020 Olympic Game Bid », officiellement pour rémunérer des opérations de conseil. Or cette firme est proche de Papa Massata Diack, fils de l’influent Sénégalais Lamine Diack, ancien patron de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF), au carrefour de plusieurs enquêtes pour corruption dans le sport.

M. Takeda, qui nie avoir mal agi, a donné sa version, laborieuse, aux juges d’instruction le 10 décembre 2018 lors d’une audition à Paris au cours de laquelle lui a été signifiée sa mise en examen. « Je ne connaissais pas Papa Massata Diack, je n’ai jamais eu de conversation avec lui, j’ignore tout de lui  », a insisté l’ancien cavalier olympique, selon son audition dont l’AFP a eu connaissance.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Bruxelles-les-Bains a vécu. La faute aux travaux programmés. Et à une volonté de décentralisation.

    Bruxelles-les-Bains, c’est fini: place à Hello Summer

  2. @News

    Antwerp - Standard: Laszlo Bölöni, entre crainte et respect

  3. L’ail des ours fait partie des plantes sauvages dont la consommation est encouragée par l’ASBL Cuisine sauvage.

    Plantes sauvages: un garde-manger gratuit et accessible

Chroniques
  • Vie privée et numérique: grimacez! Vous êtes filmé

    Début avril, le New York Times a lancé une série spéciale, intitulée le Privacy Project, qui sonne le tocsin contre tous ceux qui nous espionnent, nous filment, nous fichent, nous taggent, nous ciblent. « Les pays occidentaux sont en train de construire un Etat de surveillance aussi totalitaire que celui actuellement mis en œuvre par le gouvernement chinois », s’inquiétait le chroniqueur Farhad Manjoo.

    Exagération ? On a peine à s’imaginer que le système de surveillance chinois, en particulier son recours massif à la reconnaissance faciale pour traquer les citoyens déviants, puisse être adopté par des démocraties libérales. Et pourtant. « Nous avons abandonné trop de contrôle sur notre vie numérique, écrivait sa collègue Kara Swisher. Nous ne pouvons plus le tolérer ».

    Elle n’est pas seule...

    Lire la suite

  • Macron: le prix à payer pour une politique «plus humaine»

    L’intervention d’Emmanuel Macron ce jeudi soir était censée ranimer son quinquennat. Un mandat toujours englué, après deux ans de pouvoir, dans une crise sociale sans fin et une impopularité record. Pas sûr que le but ait été atteint.

    Certes, le moment était grave. Il a su trouver le ton juste pour regretter ses erreurs et retracer un...

    Lire la suite