La peinture toujours plébiscitée

Plus de 172 millions de livres sterling ont été récoltées le temps de deux soirées dans la capitale britannique au début de ce mois. Sotheby’s a ainsi engrangé plus de 93,2 millions de livres pour une vente comportant 68 lots tandis que Christie’s a récolté un peu moins de 79,3 millions de livres lors de sa vacation qui contenait seulement 42 numéros. Mais près de la moitié de ce chiffre d’affaires vient de la vente à près de 37,7 millions de livres d’un important tableau de David Hockney, qui confirme ainsi son statut d’artiste majeur pour ce segment du marché de l’art.

Henry Geldzahler

L’œuvre en question, une huile sur toile de 214 par 305 cm, a été exécutée par le maître anglais en 1969 lorsque ce dernier a une petite trentaine d’année. Elle représente un ami proche de l’artiste, Henry Geldzahler et son compagnon du moment, Christopher Scott. Ce double portrait est, comme souvent dans les œuvres de Hockney de cette époque, plutôt énigmatique. Au milieu de la composition trône Geldzahler, le puissant critique d’art et commissaire d’exposition new-yorkais, né belge à Anvers en 1935, lui aussi âgé d’une trentaine d’années. Après avoir été commissaire du pavillon américain à Venise en 1966, il est alors en pleine préparation de l’exposition « New York Painting and Sculpture 1940-1960 », un événement qui lui vaudra une très grande renommée. Scott, quant à lui, endosse un rôle de figurant dans cette scène de non-communication. Cette œuvre célèbre a abondamment été exposée et publiée.

Nicolas de Staël

Fait suffisamment rare que pour être signalé, la vente de Christie’s comportait trois huiles de Nicolas de Staël. La première représentant des bouteilles, peinte en 1952 et estimée entre 1,8 et 2,5 millions de livres, a été payée 4.519.250 livres ! Exécutée trois ans plus tard, l’année de sa mort, des Barques dans le port, une huile estimée entre 1,4 et 1,9 million, a quant à elle trouvé preneur contre un peu plus de 2,4 millions. La troisième pièce, intitulée Les footballeurs (Parc des Princes) a changé de mains contre près de 2,9 millions conformément à sa fourchette d’estimation. L’artiste né russe et naturalisé français après un long passage en Belgique, continue à fasciner les collectionneurs par son art entre figuration et abstraction.

Richter

Le meilleur résultat de la vente de Sotheby’s coïncide avec les plus de 6,9 millions de livres acquittés pour une grande toile abstraite exécutée par Gerhard Richter en 2009, et ce aux alentours de son estimation basse. Le deuxième meilleur prix de la soirée va à un portrait intime (18 par 18 cm) d’un garçon, réalisé en 1956 par Lucian Freud. Conformément à sa fourchette d’estimation, il fut payé un peu moins de 5,8 millions de livres. Le jeune homme n’est autre que Garech Browne, alors âgé de 16 ans, fils de Lord Oranmore and Browne et de Oonagh Guinness, l’une des trois « Golden Guinness Girls », les fameuses héritières Guinness, icônes mondaines des décennies 1920 et 1930. Garech était également le grand frère de Tara qui mourut dans un accident de voiture, un événement tragique qui inspira aux Beatles la chanson « A Day in the Life ». Quant à Garech Brown, il disparut l’an passé et c’est ce qui entraîna la vente de ce beau portrait.

Le 5 mars, une livre sterling valait 1,1641 euro.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Une touche d’humour dans la fin de campagne de Boris Johnson
: une vidéo parodiant le film «
Love actually
» et promettant, en pancartes «
détournées
», l’aboutissement du processus du Brexit.

    Les élections législatives au Royaume-Uni, un air de deuxième référendum Brexit

  2. Même s’ils ne le disent pas ouvertement, les deux informateurs privilégient l’arc-en-ciel élargi.

    Coalition fédérale: l’arc-en-ciel élargi au CD&V est en pole position

  3. CLIMATE CONFERENCE COP25 MADRID WEDNESDAY

    COP25: les Belges proches d’un accord sur un plan climat insuffisant

La chronique
  • Requiem pour M.

    Une femme blonde habillée de noir avec un collier de perles, embrasse le visage d’une jeune femme aux cheveux très courts, façon punk, allongée dans son cercueil. L’image est incroyable. Insoutenable pour certains, troublante pour d’autres. Très belle en fait, et forte, si forte. Cette photo, parue avec bien d’autres dans le New York Times en fin de semaine dernière est celle de Marieke Vervoort, athlète paralympique belge et multimédaillée. C’est Marieke qui est dans ce cercueil de bois, et c’est sa maman Odette qui l’embrasse, alors qu’elle vient juste de mourir. A sa demande. Par euthanasie.

    Cette photo d’une intimité absolue, les parents de Marieke l’ont découverte en même temps que les lecteurs du New York Times sur le site du journal, le jour de la publication d’un très long article qui raconte la mort désirée de l’athlète paraplégique, mais aussi des mois qui ont précédé cette fin de vie vécue comme une libération. Le dimanche, le journal américain a publié le récit complet dans un...

    Lire la suite

  • Le Green Deal européen: la politique, la vraie

    Il faut lire le « Green Deal » dans lequel la Commission propose de faire de l’Europe un continent « zéro carbone » en 2050. La Commission y fixe un nouvel objectif 2030 pour la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, identifie les secteurs dans lesquels elle veut agir. Elle annonce cinquante mesures, promet de déposer toutes ses propositions législatives dans les deux années à venir…

    ...

    Lire la suite