Cesser les traitements pour les plus âgés? «Une sélection selon l’âge existe déjà», selon une experte

© Le Soir/Pierre-Yves Thienpont
© Le Soir/Pierre-Yves Thienpont

Selon un sondage de l’Inami, 40 % des Belges songent à ne plus «  administrer de traitements coûteux qui prolongent la vie des plus de 85 ans ». Aux Pays-Bas, une députée a fait de la diminution des traitements aux plus de 70 ans une condition de négociations gouvernementales. Ce n’est pas la première fois que le débat revient sur la table, expliquent les experts en soins de santé que Le Soir a interrogés.

► Santé : 40 % des Belges sont pour l’arrêt des soins pour les plus de 85 ans

« Choquant »

Pour le professeur Dominique Lossignol, spécialiste du traitement de la douleur et membre du Comité consultatif de bioéthique de Belgique, cette proposition est sans aucun doute choquante.

« Ce n’est pas la première fois que ce type d’idée émerge, même de célèbres Prix Nobel ont émis l’idée qu’il ne fallait plus soigner les plus âgés. C’est d’abord choquant parce que l’âge n’est pas un critère biologique. On n’a 70 ou 80 ans que parce qu’on suit un calendrier solaire. Avec d’autres calendriers, notre âge serait bien différent. Et il serait aussi inopérant pour parler de notre santé. C’est le plus mauvais argument et il évoque des pratiques inexcusables d’un autre âge. Pourquoi pas 65 ans alors ? Déjà, on observe que les plus de 65 ans ne sont pas repris dans les études cliniques de nouveaux traitements. Que cela veut-il dire sinon qu’on ne les considère plus vraiment comme la cible principale de la nouvelle molécule ? »

« On ne peut pas se débarrasser des petits vieux »

Pour Steven Laureys, directeur de Recherches FNRS, chef de clinique en Neurologie au CHU de Liège et membre du Comité consultatif de Bioéthique, « on ne peut pas se débarrasser des petits vieux parce qu’ils coûtent de l’argent ».

Dans la pratique, en Belgique, « une sélection existe déjà selon l’âge  », explique Sandra De Breucker, cheffe du service de gériatrie de l’hôpital Erasme. « Il existe des indices de fragilité pour de nombreuses situations, des scores de pronostic validés, qui disent que dans telle situation médicale, on a tel pourcentage de décès dans l’année ».

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les membres du Jury de Cannes, présidé par Alejandro Gonzalez Inarritu © AFP

    Le Palmarès du 72e festival de Cannes donne l’impression de ne vouloir froisser personne!

  2. POLITICS ELECTIONS DEFI MEETING

    Elections 2019: les coulisses de la campagne en 7 anecdotes

  3. © Pierre-Yves Thienpont.

    #MaPremièreCampagne: pourquoi j’adore voter

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Avis aux partis: lundi, la campagne, c’est fini!

    Ce dimanche, la parole est aux électeurs. A ceux qui pensent que le vote ne sert à rien, ce rappel très utile : le soir des élections, ce sont les résultats que chaque parti scrutera avec angoisse. C’est la mathématique qui désigne les vainqueurs et qui prend une claque, au nord comme au sud du pays. Aucun jeu n’est fait et les votes exprimés peuvent bouleverser les cartes et rendre des alliances si pas impossibles, difficiles ou illégitimes. Il y a toujours des surprises les soirs d’élections, et ce sont les citoyens qui les...

    Lire la suite