Le nageur hong-kongais Kenneth To décède subitement à 26 ans

©AFP
©AFP

Le nageur de Hong Kong Kenneth To est décédé subitement à l’âge de 26 ans après un malaise dans les vestiaires lors d’un camp d’entraînement en Floride, a annoncé mardi l’Institut des sports de Hong Kong.

Selon cette source, Kenneth To, membre de l’équipe d’Australie avant de passer sous les couleurs de son Hong Kong natal, effectuait un stage de trois mois à l’Université de Floride.

« Il (To) s’est senti mal lors d’une séance d’entraînement et a été transporté à l’hôpital où, hélas, il est décédé », a indiqué dans un communiqué l’Institut « profondément choqué et attristé » par la nouvelle.

« Faites que la douleur n’existe pas au paradis… RIP », a écrit sur les réseaux sociaux chinois le multiple champion olympique Sun Yang qui a été coéquipier avec To dans le relais 4x100m des Jeux de Chine 2017.

Dans sa carrière, To a remporté l’or du relais 4x100 m aux Jeux du Commonwealth 2014 et l’argent mondial du relais 4x100m 4 nages en 2013 avec l’équipe d’Australie, pays où il a grandi avant de passer en 2016 sous les couleurs de Hong Kong. En petit bassin, il a remporté une médaille d’argent en 2012 en 100m 4 nages et deux médailles de bronze dans les relais.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Le loyer, l’université, les sorties et les courses... Kenzy paie tout
: «
J’avais envie de pouvoir être autonome, indépendant
».

    Les débrouillards: Kenzy, des études, deux boulots et une multitude de projets

  3. Le président Trump aux petits soins pour Paula White dans la salle Roosevelt de la Maison Blanche.

    Paula White, la télévangéliste qui a signé un pacte avec Trump

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite