Eden Hazard n’a pas l’esprit au Real Madrid: «Pour l’instant, je ne pense qu’à Chelsea tous les jours»

©Photonews
©Photonews

Chaque jour apporte son lot de rumeurs sur un potentiel transfert d’Eden Hazard au Real Madrid. Ce mardi, le principal intéressé s’est lui-même exprimé à ce sujet. Dans un entretien accordé à VTM, Hazard assure ne pas avoir l’esprit fixé sur son possible avenir dans la capitale madrilène.

« Pour l’instant, il n’y a personne qui m’attend », explique le Diable rouge. « Il y a deux mois à faire à Chelsea, deux mois très importants. On peut et on doit gagner l’Europa League. Ou finir dans le Top 4 en Premier League pour jouer la Ligue des champions la saison prochaine. Les supporters, les joueurs, le staff attendent ça.  »

Les dernières rumeurs indiquent qu’Hazard, dont le contrat à Chelsea prend fin en 2020, aurait définitivement décidé de rejoindre le Real Madrid cet été. « Honnêtement, en ce moment, je ne pense qu’à Chelsea tous les jours », assure-t-il. « Là, pendant une semaine je vais penser à l’équipe nationale », qui affrontera la Russie et Chypre dans le cadre des qualifications pour l’Euro 2020, « mais quand je rentrerai à Chelsea, je ne penserai qu’à Chelsea. Je ne vais pas penser à ce qu’il va se passer dans deux, trois, quatre ou cinq mois. Parce que je ne sais pas. On verra. »

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. @Belga

    Hockey: les Watducks, le sacre du caractère

  2. La direction de Skeyes demande de la souplesse dans les horaires. Ce qui a été fait durant de longs mois mais débouche, selon les syndicats, à une impasse.© Belga.

    Skeyes: une crise aux enjeux multiples

  3. Volodymyr Zelensky s’est déjà dit ouvert à la reprise d’un dialogue avec Moscou.

    Face à Zelensky, le «wait and see» de Moscou

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite