Didier Deschamps se voit bien rester sélectionneur de la France jusqu’en 2022: «Ça ne me déplairait pas»

©AFP
©AFP

Le sélectionneur de l’équipe de France a accordé un entretien à l’AFP où il évoque notamment son avenir chez les Bleus, alors que son contrat s’achève en juin 2020.

« Aujourd’hui j’ai une très bonne relation avec mon président (Noël Le Graët, NDLR). Contractuellement, je suis lié jusqu’au championnat d’Europe, c’est la seule certitude aujourd’hui, c’est factuel », rappelle le technicien.

« Après, que je puisse continuer jusqu’à la prochaine Coupe du monde, évidemment, ce n’est pas quelque chose qui me déplairait (sourire) mais bon, on verra bien. On se connaît suffisamment, on a suffisamment de respect et d’affinités ensemble… », poursuit-il. « C’est lié aux résultats de toute façon. Mais avant de penser à 2022, ça passe par les qualifs (à l’Euro 2020) ».

Deschamps se voit-il un destin à la Joachim Löw, le sélectionneur allemand, en poste depuis plus de douze ans et dont il est très proche ? « C’est un bon exemple oui. Comme quoi la continuité au haut niveau a du bon aussi  », répond le capitaine de France 98 et sélectionneur de France 2018.

« Toujours la même passion »

Löw « a pris cette équipe pour l’amener au titre de champion du monde en 2014. Ces derniers temps et par rapport à la dernière Coupe du monde ç’a été difficile pour lui. Il était (considéré comme) le meilleur il y a 5 ans, et aujourd’hui il n’est pas (devenu) le plus mauvais, bien au contraire. C’est quelqu’un qui a prouvé beaucoup de choses et je suis content qu’il soit resté à la tête de cette équipe allemande », souligne Deschamps.

Le sélectionneur français assure aussi que l’idée de partir au sommet après le titre de 2018 ne lui a « même pas » effleuré l’esprit. « Tout simplement parce que je me sens très bien, j’ai toujours la même passion, la même envie et parce que je suis convaincu qu’il y a encore de belles choses à faire avec ce groupe-là », explique le patron des Bleus, alors que démarrent les qualifications pour l’Euro contre la Moldavie et l’Islande.

Et que pense-t-il des taquineries du président de la Fédération Noël Le Graët qui le verrait bien prendre la tête de la FFF dans quelques années ? « Il peut me taquiner, ça, pour le moment, ce n’est pas pour moi. Aujourd’hui j’ai besoin du terrain, je viens d’avoir 50 ans. Est-ce que ce sera le cas dans 5 ans, dans 10 ans ? Je ne sais pas, je ne me pose pas la question », conclut Deschamps.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Bruxelles-les-Bains a vécu. La faute aux travaux programmés. Et à une volonté de décentralisation.

    Bruxelles-les-Bains, c’est fini: place à Hello Summer

  2. @News

    Antwerp - Standard: Laszlo Bölöni, entre crainte et respect

  3. L’ail des ours fait partie des plantes sauvages dont la consommation est encouragée par l’ASBL Cuisine sauvage.

    Plantes sauvages: un garde-manger gratuit et accessible

Chroniques
  • Vie privée et numérique: grimacez! Vous êtes filmé

    Début avril, le New York Times a lancé une série spéciale, intitulée le Privacy Project, qui sonne le tocsin contre tous ceux qui nous espionnent, nous filment, nous fichent, nous taggent, nous ciblent. « Les pays occidentaux sont en train de construire un Etat de surveillance aussi totalitaire que celui actuellement mis en œuvre par le gouvernement chinois », s’inquiétait le chroniqueur Farhad Manjoo.

    Exagération ? On a peine à s’imaginer que le système de surveillance chinois, en particulier son recours massif à la reconnaissance faciale pour traquer les citoyens déviants, puisse être adopté par des démocraties libérales. Et pourtant. « Nous avons abandonné trop de contrôle sur notre vie numérique, écrivait sa collègue Kara Swisher. Nous ne pouvons plus le tolérer ».

    Elle n’est pas seule...

    Lire la suite

  • Macron: le prix à payer pour une politique «plus humaine»

    L’intervention d’Emmanuel Macron ce jeudi soir était censée ranimer son quinquennat. Un mandat toujours englué, après deux ans de pouvoir, dans une crise sociale sans fin et une impopularité record. Pas sûr que le but ait été atteint.

    Certes, le moment était grave. Il a su trouver le ton juste pour regretter ses erreurs et retracer un...

    Lire la suite