L’Union belge de football veut rénover complètement le stade Roi Baudouin

Le Stade Roi Baudouin. @News
Le Stade Roi Baudouin. @News

Le stade Roi Baudouin restera bel et bien l’antre des Diables rouges. L’enceinte bruxelloise sera en effet rénovée et la piste d’athlétisme, inhérente à la tenue du Mémorial Van Damme, sera elle conservée. Peter Bossaert, CEO de l’URBSFA (Union belge de football), et Bob Verbeeck, CEO de Golazo, organisateur du meeting d’athlétisme, l’ont annoncé mardi à l’occasion d’une conférence de presse au centre du football national à Tubize.

«  Nous vivons un moment unique dans l’histoire de notre sport », a déclaré Peter Bossaert, faisant référence à la place de N.1 mondiale de la Belgique au ranking FIFA et aux exploits de Nafissatou Thiam. «  Cette génération unique mérite un temple sportif moderne : la Golden Generation Arena ».

L’épineux dossier du stade national est donc relancé après plusieurs mois au point mort. L’Eurostadium, projet qui devait ériger un nouvel écrin sur le site du parking C du plateau du Heysel, a été abandonné en janvier 2018 après le refus de l’ancienne ministre flamande de l’environnement Joke Schauvliege, d’accorder le permis d’environnement au promoteur Ghelamco, alors chargé du projet. Quelques semaines auparavant, en décembre 2017, l’UEFA avait décidé de retirer à la Belgique les matches, dont celui d’ouverture, de l’Euro 2020 prévus à Bruxelles.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La Wallonie transfère une compétence du fédéral à partir du 6 mai.

    L’aptitude à la conduite sera désormais une compétence wallonne

  2. BXL

    Le bulletin des ministres bruxellois: discrète satis’ pour le gouvernement Vervoort

  3. 13 - Groekie - PXL Tech

    Notre assiette est promise à un avenir végétarien

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • Bulletin des ministres: la Belgique de fiston fait mieux que celle de papa

    Soixante-deux journalistes du « Soir », du « Standaard » et de « Bruzz » à Bruxelles se sont prêtés à l’exercice délicat d’attribuer une cote à tous les ministres francophones et flamands de ce pays. Nous publions ce mercredi les derniers bulletins. Un exercice qui contient certainement sa part de subjectivité mais qui livre d’intéressants enseignements. On constatera d’abord qu’en appliquant la même méthode d’évaluation, le gouvernement fédéral obtient une moyenne de 54 %, alors que Bruxelles atteint 59...

    Lire la suite