Le Stade Roi Baudouin sera entièrement rénové et conservera sa piste d’athlétisme

©Photonews
©Photonews

Le Stade Roi Baudouin restera bel et bien l’antre des Diables rouges. L’enceinte bruxelloise sera en effet rénovée et la piste d’athlétisme, inhérente à la tenue du Mémorial Van Damme, sera elle conservée. Peter Bossaert, CEO de l’URBSFA (Union belge de football), et Bob Verbeeck, CEO de Golazo, organisateur du meeting d’athlétisme, l’ont annoncé mardi à l’occasion d’une conférence de presse au centre du football national à Tubize. Ce nouveau stade pourrait s’appeler la Golden Generation Arena.

« Nous vivons un moment unique dans l’histoire de notre sport », a déclaré Peter Bossaert, faisant référence à la place de N.1 mondiale de la Belgique au ranking FIFA et aux exploits de Nafissatou Thiam. « Cette génération unique mérite un temple sportif moderne : la Golden Generation Arena ».

Un budget de 200 millions d’euros

« L’infrastructure actuelle ne répond plus du tout aux exigences actuelles. C’est pourquoi nous allons entamer une rénovation complète du stade actuel, en totale concertation entre le football et l’athlétisme. La capacité actuelle, de plus ou moins 47.000 places en configuration football, sera revue à la baisse. Nous misons sur 40.000 places, ce qui peut s’avérer bénéfique pour la mobilité et viabilité », a ajouté le CEO de l’URBSFA. « Les footballeurs, les athlètes et les supporters veulent ça, l’UEFA (fédération européenne de football) et l’IAAF (fédération internationale d’athlétisme) nous soutiennent, comme l’ensemble des partis politiques belges », a assuré Bob Verbeeck.

La fin des travaux, dont le coût est estimé entre 150 et 200 millions d’euros de moyens publics, est attendue pour 2022. « Nous voulons montrer qu’il est encore possible de réaliser de grands projets en Belgique. Il ne faut pas attendre, cette génération ne restera pas éternellement jeune et souhaiterait encore écrire l’histoire dans sa Golden Generation Arena », a ponctué Peter Bossaert.

Un stade multifonctionnel

La conception de l’enceinte sera soumise à un concours auprès des différentes universités belges. Un jury, composé entre autres de Diables rouges, d’athlètes de haut niveau, de représentants de l’URBSFA, du Mémorial ainsi que d’acteurs de la Ville de Bruxelles et des autorités se penchera sur les différents concepts.

Multifonctionnelle en accueillant d’autres sports comme le hockey ou le basket, comme l’a évoqué M. Bossaert, la Golden Generation Arena devra être la nouvelle icône du sport de haut niveau en Belgique.

L’épineux dossier du Stade national est donc relancé après plusieurs mois au point mort. L’Eurostadium, projet qui devait ériger un nouvel écrin sur le site du parking C du plateau du Heysel, a été abandonné en janvier 2018 après le refus de l’ancienne ministre flamande de l’environnement Joke Schauvliege, d’accorder le permis d’environnement au promoteur Ghelamco, alors chargé du projet. Quelques semaines auparavant, en décembre 2017, l’UEFA avait décidé de retirer à la Belgique les matches, dont celui d’ouverture, de l’Euro 2020 prévus à Bruxelles.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Le Soir
» obtient une moyenne de 62
%.

    Le bulletin de la Fédération Wallonie-Bruxelles: les notes des ministres

  2. La marche nordique fait partie des sports proposés à ceux qui aiment les activités de groupe en extérieur.

    Bientôt des prescriptions de sport à la place des médicaments?

  3. Le député Yves Evrard s’attend à un retour aux urnes. Verdict jeudi
!

    Suspicion de fraude à Neufchâteau: deux élections possibles avant juillet

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite