Leander Dendoncker veut devenir aussi «important» que Fellaini chez les Diables rouges

Leander Dendoncker veut devenir aussi «important» que Fellaini chez les Diables rouges
Belga

Les Diables rouges s’entraînent depuis ce lundi à Tubize pour préparer les rencontres face à la Russie jeudi à Bruxelles et contre Chypre dimanche à Nicosie. Ces matches marquent le début de la campagne de qualifications pour l’Euro 2020. Au niveau de l’effectif, les forfaits de Mousa Dembélé et Thomas Meunier sont tombés ce lundi. Des absences qui s’ajoutent à celles de Kevin De Bruyne, Axel Witsel et Vincent Kompany, qui n’étaient pas dans la sélection de Roberto Martinez.

L’occasion pour certains jeunes joueurs de faire leurs preuves au sein de l’équipe. À l’image de Leander Dendoncker, titulaire dans son club de Wolverhampton depuis janvier. Il se présente devant les médias ce mardi. Toby Alderweireld, bien installé dans la défense des Diables rouges, est lui aussi attendu en conférence de presse.

Pour le joueur de Wolverhampton, les débuts dans sa nouvelle équipe ont été «très difficile»: «Surtout les premiers mois, quand tu ne joues pas c'est complqué, pas seulement mentalement mais physiquement ce qui n’est pas toujours facile sans jouer. Par après quand le coach m'a donné ma chance, j'ai essayé de tout donner et ça a payé. Maintenant je joue presque tous les matches et cela montre bien comment le football fonctionne: ça peut aller très vite, dans un sens comme dans l’autre.»

« C’est vrai qu’on se sent mieux dans le noyau quand on joue, mais c’est au coach de décider qui joue a mon poste, explique Dendoncker. Au début l'équipe jouait bien donc c’est difficile de changer les choses dans ces cas. Par la suite, l’effectif a tourné et je savais que ma chance allait venir. Un titulaire indiscutable, cela n'existe pas ou presque, on n'est jamais sûr de sa place. »

« Je savais qu’une période d’adaptation était nécessaire après un tranfert. Mais je ne me suis pas fait de souci chez les Diables, je me préoccupais de Wolverhampton, je me tenais prêt. On sent vraiment la différence entre les championnats belge et anglais, c’est plus physique, plus intense, j’ai été surpris ». Pour Dendoncker, ce transfert en Premier League n’était pas prématuré : « Je savais que j’étais prêt mais c’est vraiment une nouvelle philosophie, un nouveau club avec de nouveaux joueurs et mon adaptation a juste pris un peu plus de temps. J’ai toujours pensé que ma position naturelle était milieu central et je pense que c’est un avantage de pouvoir y jouer. »

Avec Youri Tielemans, Leander Dendoncker devra tenter de faire oublier le duo Witsel/Fellaini (le premier est blessé, le deuxième a pris sa retraite internationale, NDLR) : « Marouane était un joueur très important pour les Diables, il était toujours là quand l’équipe avait besoin de lui. Il a mis beaucoup de buts importants pour le pays. Donner plus d’assists, marquer plus de buts, être plus efficace, ce sont des choses que je vais améliorer. Marouane était important à sa position et je vais essayer de faire la même chose. »

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Jean-Pierre et Luc Dardenne

    Pourquoi les films des frères Dardenne sont faits pour Cannes

  2. Le 4 août 1981, Reagan convoqua la presse à la roseraie de la Maison-Blanche...

    Quand décolla le «reaganisme»

  3. Le retour de Farage au cœur de l’échiquier politique britannique souligne l’exaspération du peuple du Leave devant l’impasse du Brexit.

    Brexit: le retour de Nigel Farage ou le spectre de 2014

  • Notre-Dame: la générosité ne garantit pas l’indulgence

    Dans 500 ans – si la planète est toujours là –, les visiteurs de la nouvelle cathédrale de Notre-Dame de Paris s’interrogeront sur l’identité de cette gargouille et de cette guivre à tête humaine qui orneront peut-être la partie restaurée du bâtiment : « Mais qui sont ces gens ? » On leur répondra : les donateurs de l’époque. Lorsque Notre-Dame a brûlé, deux hommes, François Pinault et Bernard Arnault, ont cassé leur tirelire pour permettre à ce monument de reprendre le cours de sa longue vie et au peuple de...

    Lire la suite