David Clarinval: «Non, le MR n’enterre pas la loi climat»

David Clarinval: «Non, le MR n’enterre pas la loi climat»

Le MR n’est pas le parti qui enterre la loi climat. C’est David Clarinval, le chef de groupe du parti réformateur qui l’affirme. Pour preuve, il détaille la proposition qu’il fera mercredi à la Chambre. Celle-ci consiste à proposer de modifier la loi de 1980 sur la réforme des institutions qui répartit notamment les compétences entre les entités et fixe les domaines dans lesquelles elles peuvent conclure des accords de coopération. L’idée serait de mentionner que les Régions et le fédéral peuvent conclure un accord de coopération « pour mettre en œuvre les principes généraux de la politique climatique afin d’atteindre des objectifs climatiques ambitieux. »

Les autres dispositions de la proposition (agence interfédérale pour le climat, comité d’experts indépendants, conférence interministérielle…) sont maintenues. Mais alors que la proposition libérale devait être discutée ce mercredi, on a appris que la commission Santé publique-Environnement, présidée par une députée Groen, était annulée. « Un scandale », s’étrangle Clarinval, qui promet de faire un esclandre. Les écologistes veulent manifestement éviter de discuter de notre proposition. Et la voir éventuellement adoptée ». Au parti socialiste, on s’étonne de cette péripétie. Chez Ecolo, on tempère : on n’a pas voté sur la modification de la Constitution. Il faut avant toute chose épuiser cette voie avant d’en explorer une autre.

Même ambition, véhicule différent

Dans la justification et l’explicitation de sa proposition, le MR reprend mot pour mot une partie des termes utilisés pour expliquer la proposition de loi spéciale sur le climat. Pour détailler ce que veut dire « ambitieux », il reprend les termes d’une résolution adoptée le 20 décembre dernier par tous les parlements du pays. Celle-ci prévoit que la Belgique suive « une trajectoire et des mesures compatibles avec les objectifs [européens] de réduction des gaz à effet de serre de 55 % et 95 % respectivement à l’horizon 2030 et 2050 par rapport aux émissions de 1990 ».

« Le MR », dit Clarinval, « est donc aussi ambitieux, mais nous empruntons un autre véhicule qu’une réforme de la Constitution ».

Pour le MR, « un accord de coopération est le moyen le plus efficace et le plus rapide pour garantir la collaboration de toutes les entités fédérées face à l’importance de l’enjeu climatique ». Il faut cependant noter que le partage intrabelge de l’effort climatique pour 2020 n’a abouti sous forme d’accord entre le fédéral et les Régions qu’après dix ans, dont six de négociations… « Nous sommes ouverts à une discussion pour améliorer les choses, dit Clarinval. N’oublions pas que le risque blocage existe toujours. Mais avec l’idée d’un accord de coopération, on peut espérer que les Flamands entreront dans les négociations ».

On peut aller vite

Avant d’apprendre le report de la commission de mercredi, le député invitait donc les autres partis francophones à soutenir sa proposition. « On peut l’adopter rapidement et le Sénat se mettre au travail immédiatement. Négocier un accord de coopération cela prend peut-être du temps, mais ce n’est pas une voie sans issue comme l’est la proposition de réviser la Constitution. Notre proposition peut satisfaire un plus grand nombre de partis. On préfère avoir raison et perdre un peu de temps, que d’aller dans une impasse ».

Pour rappel, l’adoption et la modification d’une loi spéciale ne peuvent se faire qu’à la majorité spéciale (deux tiers de l’assemblée et une majorité dans chaque groupe linguistique). Ce qui n’est pas joué…

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Lois et règlements|Sénat
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La Wallonie transfère une compétence du fédéral à partir du 6 mai.

    L’aptitude à la conduite sera désormais une compétence wallonne

  2. BXL

    Le bulletin des ministres bruxellois: discrète satis’ pour le gouvernement Vervoort

  3. 13 - Groekie - PXL Tech

    Notre assiette est promise à un avenir végétarien

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • Bulletin des ministres: la Belgique de fiston fait mieux que celle de papa

    Soixante-deux journalistes du « Soir », du « Standaard » et de « Bruzz » à Bruxelles se sont prêtés à l’exercice délicat d’attribuer une cote à tous les ministres francophones et flamands de ce pays. Nous publions ce mercredi les derniers bulletins. Un exercice qui contient certainement sa part de subjectivité mais qui livre d’intéressants enseignements. On constatera d’abord qu’en appliquant la même méthode d’évaluation, le gouvernement fédéral obtient une moyenne de 54 %, alors que Bruxelles atteint 59...

    Lire la suite