C’est vous qui le dites sur l’arrêt des soins pour les plus de 85 ans: «C’est tout bonnement scandaleux»

C’est vous qui le dites sur l’arrêt des soins pour les plus de 85 ans: «C’est tout bonnement scandaleux»

Les faits

C’est une nouvelle stupéfiante : selon plusieurs études, menées au Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE), à la Fondation Roi Baudouin et au cœur de l’Inami (dans un rapport secret), 40 % des Belges (et davantage de Flamands que de Wallons) songent sérieusement à conserver l’équilibre de la Sécu « en n’administrant plus de traitements coûteux qui prolongent la vie des plus de 85 ans ». On devine la suite : on aurait rapidement une médecine à deux vitesses, entre les patients qui doivent se contenter de la Sécu et ceux qui ont les moyens de se payer les médicaments non remboursés ou les opérations auxquelles ils n’auraient plus accès. Aux Pays-Bas, on ne place déjà plus de stimulateur cardiaque aux plus de 75 ans… l’appareil dépassant de loin le patient en espérance de fonctionnement.

C’est vous qui le dites

L’information a largement fait réagir les internautes. Marc H. dénonce des aides qui vont à des « personnes qui se goinfrent comme des porcs, fument comme des cheminées, boivent des litrons chaque jour et se vautrent dans leur divan en regardant la télé. Les mêmes refusent ce droit à des plus de 85 ans qui ont pour la plupart eu une bonne hygiène de vie (sinon ils ne seraient pas arrivés à cet âge). »

Roger T. rappelle qu’à 81 ans et 44 ans de cotisations, il a « aidé à construire l’Inami ». « Sans moi et les autres « vieux », ces 40 % n’auraient rien ! ». Un avis partagé par Yves D. « Je suis totalement opposé à l’acharnement thérapeutique mais refuser des soins de santé à des personnes âgées pour faire des économies est tout bonnement scandaleux. Comme dit ci-avant, pour atteindre cet âge, ils ont certainement eu une bonne hygiène de vie et n’ont donc pas coûté grand-chose à l’Inami… mais pendant toute leur vie, ils ont cotisé notamment pour des plus jeunes qui boivent, fument voire se droguent… sans parler du financement du chômage et du CPAS… Comme toujours, ce sondage est le reflet d’une société où chacun pense à ses propres intérêts et est prêt à sacrifier ceux des autres pour satisfaire sa petite personne… on en arrive maintenant à envisager d’euthanasier les autres qui coûtent… »

Un argument pondéré par Romain S. « Pourquoi opposer les vieux aux chômeurs et à ceux qui boivent ? »

« Et après, ce seront les malades et les handicapés ? », s’interroge Francis K. Gérard M. va plus loin : « Bientôt, ce ne seront pas que nos « vieux » que l’« on » souhaitera exclure des soins de santé, mais tous les « inutiles » tels que les handicapés, les malades mentaux… et pourquoi pas les « chômeurs professionnels » (c’est-à-dire, pour la plupart, des personnes pour qui la Société n’est pas capable de procurer un emploi) ? ». Annie Z. refuse, elle, de laisser souffrir qui que ce soit.« Des humains dignes de ce nom ne laissent pas des semblables souffrir si on peut les aider, quelle que soit la raison de leur souffrance, sans exception. ».

Enfin, Suzanne C. craint une médecine à deux vitesses, entre les riches qui auraient les moyens de payer leurs soins, et les autres. « Les plus riches pourront quand même se payer les soins qu’ils veulent. Pour moi, tout dépend des soins. pas d’acharnement, mais les soins courants, oui. C’est à chacun de voir. »

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Charlotte Martin
: «
 Les questions du public sur les vaccins sont légitimes, il faut y répondre clairement et sereinement
».

    Le manque de vaccins fait trébucher le système de santé des Belges

  2. d-20181019-3P6Q92 2018-10-19 16:31:16

    Laurette Onkelinx, la dernière séance: «La politique est gloutonne, j’ai payé le prix fort»

  3. SOCCER JUSTICE SPORTING ANDERLECHT TRAINING CENTER SEARCH

    Un air de sérénité pendant les perquisitions à Anderlecht

Chroniques
  • Un «Stemtest» pour voter en connaissance de cause

    Sa première annonce, il y a quelques semaines, était plutôt hésitante : « Ah oui, le président de parti me murmure que je dois dire explicitement que je suis candidat Premier ministre. » Depuis cette révélation, Jan Jambon, vice-Premier ministre dans le gouvernement précédent, ne cesse de le répéter, d’abord à la presse flamande ; après en français, et même dans un clip lancé sur tous les réseaux sociaux : « Je suis Jan Jambon, et je suis candidat Premier ministre. » Pour Charles Michel, l’actuel Premier ministre, c’est son porte-parole, Georges-Louis Bouchez, qui répond au micro de LN24 : « Charles Michel serait un meilleur Premier ministre, j’en suis certain ». Puis, n’oublions pas Elio Di Rupo, toujours président du PS, qui, déjà en automne 2018, expliquait sur le plateau de Jeudi En Prime qu’« être Premier ministre signifie...

    Lire la suite

  • Bulletin des ministres: la Belgique de fiston fait mieux que celle de papa

    Soixante-deux journalistes du « Soir », du « Standaard » et de « Bruzz » à Bruxelles se sont prêtés à l’exercice délicat d’attribuer une cote à tous les ministres francophones et flamands de ce pays. Nous publions ce mercredi les derniers bulletins. Un exercice qui contient certainement sa part de subjectivité mais qui livre d’intéressants enseignements. On constatera d’abord qu’en appliquant la même méthode d’évaluation, le gouvernement fédéral obtient une moyenne de 54 %, alors que Bruxelles atteint 59...

    Lire la suite