Un navire humanitaire bloqué au large de Lampedusa

Un navire humanitaire bloqué au large de Lampedusa

Un navire humanitaire ayant secouru 49 migrants lundi au large de la Libye était bloqué mardi au large de l’île italienne de Lampedusa, où les autorités italiennes lui interdisaient d’accoster.

« Il ne s’agit pas d’une opération de sauvetage, c’est de l’aide à l’immigration clandestine », a tonné le ministre de l’Intérieur, Matteo Salvini (extrême droite), dont l’intransigeance a quasiment stoppé les arrivées de migrants, déjà en nette baisse avant son arrivée au pouvoir, sur les côtes italiennes.

Dans le même temps, un bébé est mort et au moins huit migrants sont portés disparus après un naufrage au large de Sabratha, à 70 km à l’ouest de Tripoli, selon le témoignage recueilli par les garde-côtes libyens auprès des 18 survivants.

Le Mare Jonio, navire battant pavillon italien affrété par un collectif d’associations, d’intellectuels et de politiques de gauche et d’extrême gauche, a secouru lundi 49 migrants sur un canot en difficulté à 40 milles nautiques au nord de la Libye.

Une vedette des garde-côtes libyens se trouvait à proximité, mais les militants ont préféré prendre les migrants à bord plutôt que les voir ramenés en Libye, où beaucoup risquent de subir de nouveaux abus et violences.

« Commission d’experts »

Mardi matin, le Mare Jonio s’est positionné au large de Lampedusa pour s’abriter du mauvais temps, alors que les autorités lui ont ordonné de rester à distance.

Un migrant de 25 ans présentant des symptômes de pneumonie a été évacué vers Lampedusa pour être soigné.

« Ils peuvent être soignés, nourris, vêtus, tout ce que vous voulez, mais ils ne mettront pas les pieds en Italie avec mon autorisation », a insisté M. Salvini dans une interview à la télévision italienne.

Depuis l’arrivée au pouvoir de M. Salvini en juin 2018, plusieurs navires de secours -- humanitaires et militaires -- se sont retrouvés bloqués au large de l’Italie ou de Malte jusqu’à ce que d’autres pays européens acceptent une répartition des migrants secourus.

Lundi, le ministre italien a publié une directive annonçant que l’Italie ne laisserait pas débarquer des personnes secourues dans la vaste zone de secours dépendant de la Libye, à moins que l’opération n’ait été coordonnée par les garde-côtes italiens.

Le texte de huit pages menace aussi de sanctions tout navire qui enfreindrait la règle.

Mardi, le ministère a annoncé la création d’une commission « d’experts et de policiers » qui sera chargée de s’assurer de l’application de la directive.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Plus de 290 personnes ont perdu la vie.

    Attentats au Sri Lanka: une nouvelle plaie ouverte dans l’histoire du pays

  2. Si l’épreuve du CEB peut-être stressante tant pour les parents que pour les élèves, le taux de réussite n’est jamais descendu en dessous de 85,5
%.

    CEB: des stages pour soutenir, motiver, encourager

  3. A Molenbeek, des participants au projet Aircasting ont organisé une manifestation sur la place communale pour sensibiliser la population et les politiques à la pollution de l’air.

    Mesurer la pollution, c’est dans le vent

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite