Diables Rouges: Toby Alderweireld veut «envoyer un signal» contre la Russie (vidéo)

Diables Rouges: Toby Alderweireld veut «envoyer un signal» contre la Russie (vidéo)
Belga

Toby Alderweireld veut profiter du match de jeudi contre la Russie, début des qualifications pour l’Euro 2020, pour commencer la campagne sur une note positive mais aussi pour tourner la page de la lourde défaite contre la Suisse (5-2) en novembre dernier.

En l’absence de Vincent Kompany, Toby Alderweireld sera assurément un des piliers défensif des Diables pour les deux prochains matches. « Évidemment qu’il nous manque quand il n’est pas là mais j’ai entièrement confiance. Personne en particulier ne va endosser son rôle de leader, nous avons assez d’expérience au sein de l’équipe. Nous connaissons le système de l’entraîneur et savons ce qu’il attend de nous », a expliqué le défenseur mardi en conférence de presse au centre national du football à Tubize.

Avec Jan Vertonghen, son habituel compagnon en défense à Tottenham, Alderweireld compte bien débuter la campagne vers l’Euro 2020 de la meilleure des manières. « Il est très important de bien commencer, avec le soutien de nos supporters devant une bonne équipe de Russie. Il ne faudra pas sous-estimer les Russes, ils ont fait une très bonne Coupe du monde, mais nous voulons lancer un signal en montrant que nous sommes prêts. »

La défaite en Suisse toujours dans la tête

En novembre dernier, les Diables Rouges s’étaient inclinés lourdement à Lucerne, voyant le Final Four de la Ligue des Nations s’envoler alors que tout semblait bien parti après avoir mené 0-2. « Ce match est encore dans un petit coin de notre tête », a avoué Alderweireld, 88 apparitions en équipe nationale. « Bien sûr que c’est douloureux de prendre cinq buts en Suisse mais il faut passer à autre chose et se montrer solides pour obtenir de bons résultats. »

Le Belge de 30 ans a ensuite abordé la saison de bonne facture qu’il réalise avec les Spurs. « Nous sommes dans le top 4 en Premier League et en quarts de finale en Ligue des champions, cela faisait longtemps pour Tottenham. Nous sommes heureux de pouvoir bientôt jouer dans notre nouveau stade, cela va nous donner un petit ’boost’», a ponctué Alderweireld.

Après avoir défié les Russes au stade Roi Baudouin jeudi (20h45), la Belgique affrontera Chypre dimanche (20h45) au GSP Stadium de Nicosie.

Versée dans le groupe I, l’équipe nationale défiera aussi l’Écosse, le Kazakhstan et Saint-Marin.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les serres ne sont ouvertes que jusqu’au 10 mai prochain.

    Promenade royale au milieu des arbres bicentenaires

  2. Selon l’IAAF, qui s’appuie sur une étude scientifique indépendante, la surproduction de testostérone rendrait Semenya quasiment imbattable par ses collègues féminines.

    Caster Semenya est-elle trop rapide pour être une femme?

  3. Camille Pisani
: «
Je pense que la moitié de nos problèmes viennent des coupes budgétaires et l’autre moitié du fait qu’on ne peut pas agir d’initiative.
»

    Pisani: «Il faudrait refinancer l’Institut des sciences naturelles de 30%»

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Un renouvellement électoral qui en appelle d’autres

    Un vent de changement semble soulever les feuillets des listes électorales. En l’espace de cinq ans, une législature, sept noms sur dix y ont été, en moyenne, biffés et remplacés par d’autres. Quand on observe les places « gagnantes », le chiffre est tout de suite moins impressionnant. A l’exception notable du PTB et de Défi, le renouvellement ne concerne plus qu’un candidat sur six, quand ce n’est pas un sur dix.

    ...

    Lire la suite