Désistements politiques en cascade pour la visite d’Etat en Corée

Traditionnellement, les ministres-présidents des Régions et Communautés accompagnent le couple royal en visite d’Etat, ainsi que le ministre fédéral des Affaires étrangères (comme ici au Portugal, en octobre dernier). © Belga.
Traditionnellement, les ministres-présidents des Régions et Communautés accompagnent le couple royal en visite d’Etat, ainsi que le ministre fédéral des Affaires étrangères (comme ici au Portugal, en octobre dernier). © Belga.

On savait déjà que le ministre-président germanophone, Oliver Paasch, ne participerait pas à la visite d’Etat qui se déroulera du 25 au 28 mars en Corée du Sud. Et que son homologue flamand, Geert Bourgeois (N-VA), se ferait remplacer par son ministre de l’Economie, Philippe Muyters. Cette fois, c’est le ministre-président wallon Willy Borsus (MR) qui vient de prévenir officiellement et personnellement le chef de cabinet du Roi qu’il ne pourrait finalement pas accompagner le couple royal, comme traditionnellement, à Séoul, en raison de la situation wallonne (son gouvernement vient de perdre sa majorité parlementaire, et les derniers dossiers de la législature sont à régler).

Le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders (MR), autre accompagnateur traditionnel de Philippe et Mathilde dans ce genre de déplacement à haut niveau, n’est pas certain non plus : en raison de son agenda (et de la période électorale sans doute), il pourrait ne pas se rendre en Corée, ou pas l’entièreté des quatre jours. Et le ministre-président bruxellois, Rudi Vervoort (PS), ne resterait pas, lui, jusqu’à la fin du séjour (il quitterait mercredi).

Allô Rudy Demotte, tout va bien ?

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Chef de l'État|Corée|Séoul|Corée du Sud|Geert Bourgeois|Didier Reynders|PS
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Jean-Pierre et Luc Dardenne

    Pourquoi les films des frères Dardenne sont faits pour Cannes

  2. Le 4 août 1981, Reagan convoqua la presse à la roseraie de la Maison-Blanche...

    Quand décolla le «reaganisme»

  3. Le retour de Farage au cœur de l’échiquier politique britannique souligne l’exaspération du peuple du Leave devant l’impasse du Brexit.

    Brexit: le retour de Nigel Farage ou le spectre de 2014

  • Notre-Dame: la générosité ne garantit pas l’indulgence

    Dans 500 ans – si la planète est toujours là –, les visiteurs de la nouvelle cathédrale de Notre-Dame de Paris s’interrogeront sur l’identité de cette gargouille et de cette guivre à tête humaine qui orneront peut-être la partie restaurée du bâtiment : « Mais qui sont ces gens ? » On leur répondra : les donateurs de l’époque. Lorsque Notre-Dame a brûlé, deux hommes, François Pinault et Bernard Arnault, ont cassé leur tirelire pour permettre à ce monument de reprendre le cours de sa longue vie et au peuple de...

    Lire la suite