Accueil Société

Une justice «à bout de souffle» en bout de législature

Le personnel de justice manifeste ce jeudi. Il réclame plus de moyens humains et matériels, se dit « abattu ». Le ministre de la Justice sortant, Koen Geens, défend son bilan et propose un refinancement massif pour la prochaine législature.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 2 min

L’opération « 66 jours pour sauver la justice » commence ce mercredi. A 11 h 30, à l’appel de nombreuses organisations de magistrats, d’avocats ou de la société civile, les audiences seront suspendues. Une grande partie du personnel de la justice, en robe ou non, manifestera pour imposer la question de sa « survie » à l’agenda politique. A 66 jours du triple scrutin.

Les professionnels que nous avons rencontrés décrivent une justice « à la dérive, à bout de souffle ». D’abord, au niveau matériel. Nos palais ont des fuites. Les locaux sont trop ou pas suffisamment chauffés. Certains édifices flambant neufs côtoient des lieux d’un autre âge, ni fonctionnels, ni propres, ni sécurisés.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Surmont Willy, mercredi 20 mars 2019, 10:03

    Je cite Koen Geens: " - il faut réformer, oui, ce qui n’est pas facile et réclame du temps, mais je sens de la bonne volonté -". Mr le Ministre, cessez ce langage hypocrite. La bonne volonté n'existe pas, demandez-le à vos nationalistes ! La Nva et votre parti ne veulent qu'une chose: la scission de notre pays, que notre pays "s'évapore" , pour parler comme vous . A force de refuser les moyens de faire fonctionner notre Belgique, vous étranglez nos systèmes dits régaliens, et vos exigences à toujours demander de réformer davantage notre constitution en faveur d'un soi-disant "confédéralisme" en sont la meilleure preuve! Priver notre pays de ses moyens est un acte de trahison, et je pèse mes mots!

  • Posté par Bricourt Noela, mercredi 20 mars 2019, 8:45

    Comme les justiciables n'ont la possibilité de se faire une opinion qu'à la vue du délabrement de certains bâtiments, le Ministre accepte du haut de son pouvoir d'envisager éventuellement dans un délai lointain de peut-être d' imaginer qu'il faudrait , s'il y avait du budget, repeindre un petit peu dans les prochaines décennies. Bien entendu Il ne dit mot à propos des économies de fonctionnement que les divers gouvernements successifs ont effectué . Et encore on camouflera avec une seule couche de peinture ; mais il faudra des décennies avant de se mettre d'accord sur la couleur, la marque de la peinture, l'entreprise qui cachera le tout. Et en plus le Ministre osera dire qu'il ne comprend pas les motifs pour lesquels il y a très peu de candidats quand une place de magistrat est publiée. En fait, c'est parce que les conditions de travail sont dégradées et le Ministre ne devrait pas l'ignorer. C'est interpellant qu'un Ministre de la Justice ne le sache pas. C'est même très inquiétant pour nous tous.

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs