États-Unis: le ministère des Transports confirme un audit du Boeing 737 MAX 8

États-Unis: le ministère des Transports confirme un audit du Boeing 737 MAX 8

Le ministère américain des Transports a confirmé mardi avoir lancé un audit sur le processus de certification du Boeing 737 MAX 8, avion lié à deux tragédies dont la dernière remonte au 10 mars en Éthiopie.

Cet audit, ordonné par la ministre Elaine Chao, vise à « rassembler un historique factuel et objectif sur les actions qui ont débouché sur la certification du 737 MAX 8 », est-il précisé dans un communiqué, confirmant des informations de presse.

Le ministère de la Justice a pour sa part ouvert une enquête criminelle sur le développement de cet avion, selon le Wall Street Journal.

« La sécurité est la priorité numéro une du ministère, et nous sommes tous attristés par les drames des récents accidents de deux Boeing 737 MAX 8 en Indonésie et en Ethiopie », a expliqué la ministre.

Un 737 MAX 8 d’Ethiopian Airlines s’est abîmé le 10 mars au sud-est d’Addis-Abeba, causant la mort des 157 personnes à bord.

C’était le deuxième accident meurtrier en moins de cinq mois de cet avion, entrée en service en mai 2017, après celui de Lion Air, 189 morts, en octobre dernier.

>Boeing 737 MAX 8: une compagnie européenne va réclamer des réparations financières à Boeing

Autorité indépendante

Les similitudes entre les deux accidents peuvent laisser penser que Boeing a tardé à corriger un système d’assistance au vol connu sous l’acronyme de MCAS et destiné à empêcher l’avion de « décrocher », c’est-à-dire de chuter faute de portance suffisante.

>Boeing 737 MAX 8: des pilotes américains avaient rapporté des incidents fin 2018

Elles ont suscité des interrogations sur la certification de l’avion, dont une partie seulement a été examinée, le 737 MAX n’étant pas un avion entièrement nouveau mais une variante améliorée du 737 NG, le monocouloir best-seller de Boeing.

Le dispositif MCAS a été développé pour le MAX en raison de moteurs plus lourds faisant courir le risque plus grand d’un décrochage.

La FAA, l’agence fédérale de l’aviation, est notamment sous pression parce qu’elle a confié à des employés de Boeing le soin d'’inspecter et d’approuver cet avion.

« Boeing a demandé un amendement de ce type de certification en janvier 2012 et l’agence fédérale de l’aviation l’a accordée en mars 2017 », précise mardi le ministère des Transports.

L’audit a été confié à une autorité indépendante, qui pourra transmettre ses conclusions aux forces de l’ordre.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Jean-Pierre et Luc Dardenne

    Pourquoi les films des frères Dardenne sont faits pour Cannes

  2. Le 4 août 1981, Reagan convoqua la presse à la roseraie de la Maison-Blanche...

    Quand décolla le «reaganisme»

  3. Le retour de Farage au cœur de l’échiquier politique britannique souligne l’exaspération du peuple du Leave devant l’impasse du Brexit.

    Brexit: le retour de Nigel Farage ou le spectre de 2014

Chroniques
  • Élections 2019: Jan Jambon, le vegan patron boucher

    Jan Jambon, Premier ministre ? Mais c’est comme si on mettait un vegan à la tête d’une boucherie ! » Et voilà donc ce que twittait ce lundi un facétieux, suite à l’interview au Nieuwsblad où Jan Jambon annonçait sa détermination à devenir Premier ministre de la Belgique. L’idée avait bien été déjà balancée il y a quelques semaines en marge de l’annonce par Bart De Wever de sa candidature comme ministre-président de la Flandre. Le président de la N-VA avait alors poussé l’un de ses meilleurs ex-soldats au fédéral à faire un coming out : « Mais dis-le que tu es candidat à devenir Premier ministre ». Jan Jambon, un peu gêné, avait pouffé puis confirmé, tout le monde avait ri et on était passé à autre chose.

    Mais voilà, c’est de retour ! Et cette fois, de...

    Lire la suite

  • Notre-Dame: la générosité ne garantit pas l’indulgence

    Dans 500 ans – si la planète est toujours là –, les visiteurs de la nouvelle cathédrale de Notre-Dame de Paris s’interrogeront sur l’identité de cette gargouille et de cette guivre à tête humaine qui orneront peut-être la partie restaurée du bâtiment : « Mais qui sont ces gens ? » On leur répondra : les donateurs de l’époque. Lorsque Notre-Dame a brûlé, deux hommes, François Pinault et Bernard Arnault, ont cassé leur tirelire pour permettre à ce monument de reprendre le cours de sa longue vie et au peuple de...

    Lire la suite