Attaque en Nouvelle-Zélande: Facebook, Youtube, Twitter et Microsoft vont devoir s’expliquer sur la vidéo du massacre

Des parlementaires américains ont demandé mardi aux dirigeants de quatre géants de l’internet de venir s’expliquer sur la prolifération en ligne de la vidéo du massacre perpétré vendredi dans une mosquée de Nouvelle-Zélande, qui avait été diffusée en direct sur Facebook par le tireur.

La commission de la Sécurité intérieure de la Chambre des représentants américaine a demandé de pouvoir auditionner Mark Zuckerberg (Facebook), Susan Wojcicki (YouTube), Jack Dorsey (Twitter) et Satya Nadella (Microsoft).

Il est d’une «  importance capitale » de pouvoir filtrer le genre de violence diffusée dans la vidéo de Christchurch, ont jugé les parlementaires.

Pour Bennie Thompson, le président de cette commission, il est inquiétant que cette vidéo ait pu se propager sur internet, alors même que les géants du Web ont créé, en 2017, un Forum mondial de l’internet contre le terrorisme (GIFTC) afin d’agir contre les contenus de ce type.

«  La semaine dernière près de deux ans après la création du GIFTC- –, un terroriste a exploité vos plateformes pour diffuser dans le monde entier une horrible vidéo », a déclaré Thompson dans une lettre, dont une copie a été fournie aux médias. «  Je dois souligner l’importance capitale pour vous de faire de la suppression de ce contenu sensible et violent une priorité », a-t-il ajouté.

Le massacre vendredi dans une mosquée de Nouvelle-Zélande, qui a fait 50 victimes, a été diffusé en direct sur Facebook par son auteur durant 17 minutes, avant que le réseau social ne supprime le compte de cet extrémiste australien. On l’y voit se rendre en voiture jusqu’à une mosquée et tirer sur des fidèles à bout portant.

Le livestream (diffusion en direct) n’a lui-même été vu que 200 fois, mais la vidéo s’est ensuite propagée sur diverses plateformes, sans que ces dernières puissent empêcher qu’elle soit largement visionnée. Facebook dit avoir retiré 1,5 million de vidéos de ce massacre.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le patrimoine financier des Belges se montait au 31 décembre à 1.317,4 milliards d’euros, soit 22,4 milliards de moins qu’un an auparavant.

    Le patrimoine financier des Belges diminue pour la première fois en 10 ans

  2. BXL

    Le bulletin des ministres bruxellois: discrète satis’ pour le gouvernement Vervoort

  3. 13 - Groekie - PXL Tech

    Notre assiette est promise à un avenir végétarien

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • Bulletin des ministres: la Belgique de fiston fait mieux que celle de papa

    Soixante-deux journalistes du « Soir », du « Standaard » et de « Bruzz » à Bruxelles se sont prêtés à l’exercice délicat d’attribuer une cote à tous les ministres francophones et flamands de ce pays. Nous publions ce mercredi les derniers bulletins. Un exercice qui contient certainement sa part de subjectivité mais qui livre d’intéressants enseignements. On constatera d’abord qu’en appliquant la même méthode d’évaluation, le gouvernement fédéral obtient une moyenne de 54 %, alors que Bruxelles atteint 59...

    Lire la suite