Procès Monsanto, le chimiste Bayer plonge de 10% en Bourse après la décision sur le Roundup

© Reuters
© Reuters

Le titre du géant de la chimie Bayer dégringolait mercredi en Bourse, après un nouveau revers judiciaire de sa filiale Monsanto aux Etats-Unis, dont le désherbant Roundup a été une fois encore jugé cancérigène.

Vers 09h05, Bayer chutait de 10,75% à 62,20 euros, dans un marché francfortois en baisse de 0,77%.

Le titre Bayer a reculé de près de 40% depuis que le groupe de Leverkusen a bouclé en juin 2018 le rachat de Monsanto, pour 63 milliards de dollars (54 milliards d’euros), pariant sur le rôle croissant de la chimie pour nourrir la planète.

Mais il fait face depuis à une avalanche de procédures judiciaires et, après la condamnation de Monsanto l’an dernier à indemniser un jardinier aux Etats-Unis, un jury américain a estimé mardi que le désherbant Roundup avait été «un facteur substantiel» du cancer du septuagénaire Edwin Hardeman.

Les jurés ne se sont pour l’heure prononcés que sur la première phase du procès, concernant l’évaluation de la dangerosité du Roundup, et il leur reste encore à juger de la responsabilité légale de Monsanto, donc de Bayer. «Nous sommes déçus» de ce verdict, a réagi Bayer dans un communiqué.

Lors d’un précédent verdict historique, le groupe avait déjà été condamné en août 2018 à verser 289 millions de dollars à un jardinier malade d’un cancer. L’amende a été certes réduite de plus de 200 millions de dollars par la suite, ce qui l’a ramenée à 78 millions de dollars, mais la condamnation a été confirmée sur le fond. Les investisseurs sont depuis quelque peu frileux à l’égard de Bayer, sachant qu’environ 8.000 procédures sont en cours aux États-Unis visant les produits au glyphosate de Monsanto.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Nissan a porté plainte au pénal contre Carlos Ghosn, son ancien patron.

    L’avenir de Carlos Ghosn s’assombrit encore un peu plus

  2. 170 kilos, c’est une masse. Qui rend impossibles la course et la marche intensive pendant plus d’un quart d’heure.

    Grand format - Journal d’un obèse: «Vous devez être malheureux pour manger comme ça»

  3. Image=d-20171222-3JPRY5_high

    Le bulletin de Theo Francken: 51%

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite