Le bois ne profite pas (encore?) de la fièvre verte

Dans cet article
En Belgique, une maison sur dix est construite en ossature bois. C’est encore trop peu.
En Belgique, une maison sur dix est construite en ossature bois. C’est encore trop peu. - D.R.

Une fois tous les deux ans, Hout Info Bois, organisme d’information et de promotion du bois, réalise une enquête sur l’utilisation de ce matériau dans la construction. Elle vient de sortir, ce qui tombe plutôt bien puisque le salon Bois et Habitat démarre ce vendredi à Namur.

A la lecture de l’enquête, une première constatation s’impose : la construction bois n’a pas effectué la percée attendue. Voilà des années qu’on parle de ce système constructif comme une solution d’avenir mais elle ne représente toujours que 10 % de l’ensemble des constructions en Belgique.

Soyons toutefois de bon compte : une maison sur dix (11 % en fait) construite en bois, ce n’est pas si mal, mais avec la fièvre verte qui s’est emparée des Belges, et pas que des jeunes dont on ne peut ici que saluer les initiatives de ces derniers mois pour lutter contre le réchauffement climatique, on s’attendait à de meilleurs chiffres. L’avenir dira si la hausse véritable est peut-être encore à venir.

En 2018, 2.514 maisons en bois ont ainsi été construites. Mais attention : 421 d’entre elles ont été exportées à l’étranger. Pour la petite histoire, on recense beaucoup plus de maisons en bois en Flandre (1.584) qu’en Wallonie (930) où la production est plutôt à la stagnation. Depuis 2011, année où 1.777 maisons avaient été construites en Belgique, la progression est assez linéaire.

Depuis 2011 également, Hout Info Bois constate que le nombre d’entreprises qui construisent en bois augmentent pour atteindre 124 entreprises (79 en Wallonie et 45 en Flandre). L’emploi dans ces entreprises s’élève à plus de 1.350 salariés pour un chiffre d’affaires estimé à 190 millions d’euros. Bonne nouvelle : celui-ci a progressé de 8,5 % entre 2017 et 2018.

On notera encore que la taille des entreprises qui construisent en bois est très petite. Plus de 70 % d’entre elles construisent en effet moins de 10 maisons par an. Cependant, certaines en construisent près de 200. Les dix constructeurs les plus importants représentent à eux seuls près de 60 % du marché de la maison individuelle.

Hout Info Bois analyse aussi le marché de la rénovation-extension-surélévation (RES). Impossible de déterminer si le bois y cartonne (l’enquête se base sur les permis de bâtir introduits mais beaucoup de travaux sont réalisés sans demande de permis). Ce qui est sûr, en revanche, c’est que l’ossature bois (les autres systèmes utilisés sont le bois massif empilé, le poteau-poutre et le panneau massif) est utilisé dans 85 % des cas recensés.

On l’a dit et répété à de maintes reprises : le bois est un matériau noble, renouvelable, sûr, thermiquement performant, rapide à monter (qui entraîne donc un chantier moins long), favorisant les circuits courts, on en passe et des meilleures. Alors pourquoi ne décolle-t-il pas ? La réponse est simple et a trait au prix. « La construction en bois reste un peu plus coûteuse que la construction dite traditionnelle, confirme Hugues Frère, le directeur d’Hout Info Bois. L’accès à ce type de construction pour des jeunes ménages reste délicat. »

C’est donc sur ce point qu’il y a lieu de travailler dans les années à venir car la construction en bois se retrouve, peut-être plus que jamais en raison du vent nouveau qui souffle un peu partout dans le monde, à la croisée des chemins.

Ceux qui pourraient décider de se faire construire une maison en bois dans les années à venir sont précisément les jeunes. « Un soutien à l’acquisition d’un logement pour les jeunes ménages devrait être envisagé en couplant cette démarche à des exigences environnementales, poursuit Hugues Frère. Ce soutien pourrait être lié à l’emploi de matériaux d’origine naturelle et qui présentent une possibilité d’être recyclés. Le recours à une filière de proximité ou l’usage de sources naturelles d’énergie pourrait également être pris en compte. »

L’essor de ce type de construction passe aussi par l’édification de grands ensembles en bois, comme des immeubles à appartements puisqu’on le sait, la vente de logements via des promotions gagne toujours plus de terrain sur la vente individuelle. Mais là, il y a encore beaucoup de chemin à accomplir…

Bois & habitat

Par Paolo Leonardi

Quatre jours de salon

Dates  : du 22 au 25 mars, à Namur Expo.

Exposants : 180 sociétés impliquées dans le domaine du bois.

Ticket : 12 euros par jour

(6 euros s’il est acheté en ligne).

Site internet : www.bois-habitat.be.

Espace info bois : des spécialistes indépendants issus de toutes les fédérations de la filière bois seront présents pour répondre, en toute objectivité, à vos questions techniques, pratiques ou financières sur l’usage du bois dans la construction.

Square des designers : les pièces et objets originaux de créateurs et designers amoureux du bois s’exposent dans un espace scénographié unique.

Espace de la formation et des métiers du bois : découvrez toute la diversité des métiers et formations attachées au travail du bois à travers de multiples démonstrations.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Avec 44,6
% des voix, Georges-Louis Bouchez devance nettement Denis Ducarme, 25,1
%. Mais un duel les attend désormais.

    Présidence du MR: Bouchez a convaincu le sommet, pas assez la base

  2. j-accuse.20191101014130 (1)

    Jean Dujardin au «Soir»: «C’est très français, la xénophobie»

  3. Origi et Praet jouent peu avec les Diables rouges. Ils pourraient profiter des deux matchs à venir pour accumuler un peu de temps de jeu.

    Plusieurs Diables rouges lancent leur sprint final pour l’Euro

La chronique
  • La radicalité ordinaire, on commence à s’y habituer au lieu de s’en étonner

    Dans mes dernières chroniques, j’ai évoqué à plusieurs reprises une montée en puissance des revendications citoyennes dans le champ politique. Elle se traduit notamment par des bras de fer avec le pouvoir, par des tentatives de faire plier les autorités, de les contraindre à abandonner un projet ou une décision ou, à l’inverse, de les forcer à légiférer dans un sens précis, à exécuter un ordre venu de la rue ou d’un collectif de citoyens.

    Les stratégies utilisées pour atteindre de tels objectifs sont multiples, et plus ou moins légales selon les cas ; les sujets concernés sont infiniment variés ; les citoyens impliqués, enfin, s’organisent de différentes manières, plus ou moins structurées, plus ou moins dépendantes des réseaux sociaux. Mais ce qui frappe, surtout dans un pays habitué à voir la société civile s’exprimer, c’est la radicalité accrue de nombreuses revendications, la jeunesse, souvent, de celles et ceux qui les portent, et la détermination avec laquelle les citoyens tentent d’obtenir gain...

    Lire la suite

  • Augmenter le salaire minimum, en se montrant visionnaire

    Travailler, juste pour survivre. C’est ce que dénoncent les défenseurs d’une hausse du salaire minimum. Et à la lecture des portraits que nous publions ce matin, on peut difficilement leur donner tort. Les salariés dont la rémunération se situe au niveau du plancher interprofessionnel, ainsi que tous ceux dont le revenu mensuel s’en approche, vivent une existence où le début du mois est un répit et où les maigres marges précieusement épargnées servent à prévenir le prochain coup dur, la prochaine grosse facture. C’est un salaire de la peur...

    Lire la suite