Le bois ne profite pas (encore?) de la fièvre verte

Dans cet article
En Belgique, une maison sur dix est construite en ossature bois. C’est encore trop peu.
En Belgique, une maison sur dix est construite en ossature bois. C’est encore trop peu. - D.R.

Une fois tous les deux ans, Hout Info Bois, organisme d’information et de promotion du bois, réalise une enquête sur l’utilisation de ce matériau dans la construction. Elle vient de sortir, ce qui tombe plutôt bien puisque le salon Bois et Habitat démarre ce vendredi à Namur.

A la lecture de l’enquête, une première constatation s’impose : la construction bois n’a pas effectué la percée attendue. Voilà des années qu’on parle de ce système constructif comme une solution d’avenir mais elle ne représente toujours que 10 % de l’ensemble des constructions en Belgique.

Soyons toutefois de bon compte : une maison sur dix (11 % en fait) construite en bois, ce n’est pas si mal, mais avec la fièvre verte qui s’est emparée des Belges, et pas que des jeunes dont on ne peut ici que saluer les initiatives de ces derniers mois pour lutter contre le réchauffement climatique, on s’attendait à de meilleurs chiffres. L’avenir dira si la hausse véritable est peut-être encore à venir.

En 2018, 2.514 maisons en bois ont ainsi été construites. Mais attention : 421 d’entre elles ont été exportées à l’étranger. Pour la petite histoire, on recense beaucoup plus de maisons en bois en Flandre (1.584) qu’en Wallonie (930) où la production est plutôt à la stagnation. Depuis 2011, année où 1.777 maisons avaient été construites en Belgique, la progression est assez linéaire.

Depuis 2011 également, Hout Info Bois constate que le nombre d’entreprises qui construisent en bois augmentent pour atteindre 124 entreprises (79 en Wallonie et 45 en Flandre). L’emploi dans ces entreprises s’élève à plus de 1.350 salariés pour un chiffre d’affaires estimé à 190 millions d’euros. Bonne nouvelle : celui-ci a progressé de 8,5 % entre 2017 et 2018.

On notera encore que la taille des entreprises qui construisent en bois est très petite. Plus de 70 % d’entre elles construisent en effet moins de 10 maisons par an. Cependant, certaines en construisent près de 200. Les dix constructeurs les plus importants représentent à eux seuls près de 60 % du marché de la maison individuelle.

Hout Info Bois analyse aussi le marché de la rénovation-extension-surélévation (RES). Impossible de déterminer si le bois y cartonne (l’enquête se base sur les permis de bâtir introduits mais beaucoup de travaux sont réalisés sans demande de permis). Ce qui est sûr, en revanche, c’est que l’ossature bois (les autres systèmes utilisés sont le bois massif empilé, le poteau-poutre et le panneau massif) est utilisé dans 85 % des cas recensés.

On l’a dit et répété à de maintes reprises : le bois est un matériau noble, renouvelable, sûr, thermiquement performant, rapide à monter (qui entraîne donc un chantier moins long), favorisant les circuits courts, on en passe et des meilleures. Alors pourquoi ne décolle-t-il pas ? La réponse est simple et a trait au prix. « La construction en bois reste un peu plus coûteuse que la construction dite traditionnelle, confirme Hugues Frère, le directeur d’Hout Info Bois. L’accès à ce type de construction pour des jeunes ménages reste délicat. »

C’est donc sur ce point qu’il y a lieu de travailler dans les années à venir car la construction en bois se retrouve, peut-être plus que jamais en raison du vent nouveau qui souffle un peu partout dans le monde, à la croisée des chemins.

Ceux qui pourraient décider de se faire construire une maison en bois dans les années à venir sont précisément les jeunes. « Un soutien à l’acquisition d’un logement pour les jeunes ménages devrait être envisagé en couplant cette démarche à des exigences environnementales, poursuit Hugues Frère. Ce soutien pourrait être lié à l’emploi de matériaux d’origine naturelle et qui présentent une possibilité d’être recyclés. Le recours à une filière de proximité ou l’usage de sources naturelles d’énergie pourrait également être pris en compte. »

L’essor de ce type de construction passe aussi par l’édification de grands ensembles en bois, comme des immeubles à appartements puisqu’on le sait, la vente de logements via des promotions gagne toujours plus de terrain sur la vente individuelle. Mais là, il y a encore beaucoup de chemin à accomplir…

Bois & habitat

Par Paolo Leonardi

Quatre jours de salon

Dates  : du 22 au 25 mars, à Namur Expo.

Exposants : 180 sociétés impliquées dans le domaine du bois.

Ticket : 12 euros par jour

(6 euros s’il est acheté en ligne).

Site internet : www.bois-habitat.be.

Espace info bois : des spécialistes indépendants issus de toutes les fédérations de la filière bois seront présents pour répondre, en toute objectivité, à vos questions techniques, pratiques ou financières sur l’usage du bois dans la construction.

Square des designers : les pièces et objets originaux de créateurs et designers amoureux du bois s’exposent dans un espace scénographié unique.

Espace de la formation et des métiers du bois : découvrez toute la diversité des métiers et formations attachées au travail du bois à travers de multiples démonstrations.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Bâtiment|Enquête|Réchauffement de la planète|Belgique
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Bruxelles-les-Bains a vécu. La faute aux travaux programmés. Et à une volonté de décentralisation.

    Bruxelles-les-Bains, c’est fini: place à Hello Summer

  2. @News

    Antwerp - Standard: Laszlo Bölöni, entre crainte et respect

  3. L’ail des ours fait partie des plantes sauvages dont la consommation est encouragée par l’ASBL Cuisine sauvage.

    Plantes sauvages: un garde-manger gratuit et accessible

Chroniques
  • Vie privée et numérique: grimacez! Vous êtes filmé

    Début avril, le New York Times a lancé une série spéciale, intitulée le Privacy Project, qui sonne le tocsin contre tous ceux qui nous espionnent, nous filment, nous fichent, nous taggent, nous ciblent. « Les pays occidentaux sont en train de construire un Etat de surveillance aussi totalitaire que celui actuellement mis en œuvre par le gouvernement chinois », s’inquiétait le chroniqueur Farhad Manjoo.

    Exagération ? On a peine à s’imaginer que le système de surveillance chinois, en particulier son recours massif à la reconnaissance faciale pour traquer les citoyens déviants, puisse être adopté par des démocraties libérales. Et pourtant. « Nous avons abandonné trop de contrôle sur notre vie numérique, écrivait sa collègue Kara Swisher. Nous ne pouvons plus le tolérer ».

    Elle n’est pas seule...

    Lire la suite

  • Macron: le prix à payer pour une politique «plus humaine»

    L’intervention d’Emmanuel Macron ce jeudi soir était censée ranimer son quinquennat. Un mandat toujours englué, après deux ans de pouvoir, dans une crise sociale sans fin et une impopularité record. Pas sûr que le but ait été atteint.

    Certes, le moment était grave. Il a su trouver le ton juste pour regretter ses erreurs et retracer un...

    Lire la suite