Boeing 737 MAX: un autre appareil de Lion Air a connu des problèmes semblables la veille du crash

Boeing 737 MAX: un autre appareil de Lion Air a connu des problèmes semblables la veille du crash

Un autre Boeing 737 MAX de la compagnie Lion Air a, la veille du jour où l’avion transportant 189 passagers s’est écrasé en mer de Java, connu un problème similaire. La différence a résidé dans le fait qu’il y avait un pilote à bord de ce premier avion qui savait comment résoudre le souci.

>États-Unis : le ministère des Transports confirme un audit du Boeing 737 MAX 8

Ce pilote supplémentaire, présent dans le cockpit, a pu utilement renseigner l’équipage sur la façon de désactiver le système d’assistance au vol qui fonctionnait mal, a appris l’agence Bloomberg de la bouche de deux personnes proches de l’enquête menée en Indonésie.

Le lendemain, 29 octobre 2018, ce problème se révéla fatal au vol de la Lion Air quelques minutes après son décollage de Jakarta.

La présence de ce 3e pilote dans le cockpit lors du vol de la veille est une donnée nouvelle qui ne figurait pas dans le rapport du 28 novembre rédigé par les autorités indonésiennes.

>Crash en Ethiopie : l’analyse des boîtes noires montre des « similarités claires » avec le crash de Lion Air

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Plus de 290 personnes ont perdu la vie.

    Attentats au Sri Lanka: une nouvelle plaie ouverte dans l’histoire du pays

  2. Si l’épreuve du CEB peut-être stressante tant pour les parents que pour les élèves, le taux de réussite n’est jamais descendu en dessous de 85,5
%.

    CEB: des stages pour soutenir, motiver, encourager

  3. A Molenbeek, des participants au projet Aircasting ont organisé une manifestation sur la place communale pour sensibiliser la population et les politiques à la pollution de l’air.

    Mesurer la pollution, c’est dans le vent

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite