Gilets jaunes: le gouvernement français va interdire les manifestations samedi à Nice

© AFP
© AFP

Le gouvernement va interdire les manifestations de gilets jaunes samedi à Nice, à la veille d’une visite officielle du président chinois Xi Jinping qui débutera sur la Côte d’Azur à Nice et Monaco, a annoncé mercredi le maire LR Christian Estrosi.

Interrogé par l’AFP, la préfecture des Alpes-Maritimes s’est contentée de confirmer qu’«un arrêté était en cours de rédaction».

«Je remercie le @prefet06 qui vient de m’informer que le @gouvernementFR prendra conformément à ma demande un arrêté d’interdiction de manifester sur un périmètre défini par le ministre de l’Intérieur @CCastaner. Je n’accepterai jamais que #Nice06 soit la proie des casseurs», a pour sa part tweeté le maire.

Mardi soir, pointant le «chaos de Paris» en référence aux violences qui ont éclaté sur les Champs-Elysées samedi, Estrosi avait annoncé avoir demandé au Premier ministre Edouard Philippe et à Christophe Castaner l’interdiction de ce rassemblement, présenté sur les réseaux sociaux, comme d’autres manifestations, comme un appel «national».

A Nice, les manifestations de gilets jaunes sont restées pacifiques depuis novembre, avec des effectifs fluctuants au gré des semaines.

Lundi, Edouard Philippe avait annoncé l’interdiction de manifester «chaque fois qu’il le faudra», dans les quartiers «les plus touchés», «dès lors que nous aurons connaissance d’éléments ‘ultras’ et de leur volonté de casser», en faisant référence aux Champs-Elysées à Paris ou aux places du Capitole à Toulouse et Pey-Berland à Bordeaux.

Pour le 19e épisode du mouvement des gilets jaunes, samedi, plusieurs «appels nationaux» ont été lancés sur les réseaux sociaux, à Nice, mais aussi à Toulouse ou Montpellier.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Gilets jaunes|Politique|Paris|Toulouse (Haute-Garonne)|Nice (Alpes-Maritimes)
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

  2. «
Le Soir
» obtient une moyenne de 62
%.

    Le bulletin de la Fédération Wallonie-Bruxelles: les notes des ministres

  3. file3-1

    RTBF: «Le mot élection fait peur aux jeunes»

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite