Reyers, futur square européen des médias

Le futur bâtiment de la RTBF a été dessiné par les bureaux MDW et V+ Il sera résolument transparent et pourra accueillir jusqu’à 1.500 personnes.
Le futur bâtiment de la RTBF a été dessiné par les bureaux MDW et V+ Il sera résolument transparent et pourra accueillir jusqu’à 1.500 personnes. - D.R.

Du Mipim, salon international de l’immobilier qui se tient à Cannes, on revient en général avec des poches sous les yeux et des projets plein les cartons. L’édition 2019 n’a pas dérogé à la règle. Année électorale oblige, les présentations belges se sont succédé à un rythme effréné.

L’une d’entre elles a concerné le futur Media Square, soit le bâtiment qui abritera les studios et les journalistes de la RTBF. Une réalisation qui s’inscrit dans un projet plus vaste, porté par la Région de Bruxelles-Capitale et intitulé Media Park, qui concerne un territoire de 20 hectares (avec logements, espaces de détente ouverts au public...).

L’administrateur général de la RTBF Jean-Paul Philippot est venu en dire un peu plus au sujet de son futur bébé qui comprendra 40.000 m2 de constructions hors sol, 550 places de parking et une capacité à accueillir jusqu’à 1.500 personnes. Un projet qui va indéniablement transformer le site entier, ainsi qu’une partie du boulevard Reyers.

Une fois achevé, le futur Media Park ne sera rien d’autre que le « premier cluster de médias européen », dixit Jean-Paul Philippot. Le Media Square connaît désormais les lauréats du concours international d’architecture qui a réuni pas moins de 47 candidatures provenant de Belgique, de France, des Pays-Bas, du Danemark, d’Angleterre et même de New York. Il s’agit d’une association momentanée réunissant entre autres les bureaux belges MDW Architecture et V+.

Les photos de leur travail ont été présentées à Cannes. Elles laissent apparaître un bâtiment transparent du plus bel effet. « Il s’agira d’un bâtiment ouvert, dynamique, flexible et modulable, car la seule certitude dans notre secteur, c’est... l’incertitude », a proclamé Jean-Paul Philippot.

Les études d’incidence sont quasiment terminées. Pour la réalisation des travaux (24 mois), un appel à candidatures au travers d’un marché public à été lancé. Le dépôt est fixé au 3 mai pour un marché (évalué à 80 millions d’euros) qui sera attribué cet été. Entre-temps, des travaux de démolition ont été entamés. « L’obtention des permis est attendue pour cette année, a précisé Jean-Paul Philippot. Les travaux devraient s’achever en 2021 et il faudra ensuite compter une année supplémentaire pour l’installation technologique qui coûtera à elle seule 50 millions d’euros car on parle ici de studios de production multimédias. L’inauguration du Media Square est prévue pour le début 2023. »

Une fois achevé, le Media Park accueillera bien plus que la seule RTBF puisqu’on évoque plus de 50% des activités médias de Bruxelles. Sur le site seront également présentes des entreprises et des start-up liées au secteur mais aussi, et surtout, les écoles et facultés de journalisme de l’Ihecs et de l’ULB.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BRITAIN PARLIAMENT EU BREXIT

    Brexit: l’Union européenne attend que Londres lui communique ses intentions

  2. d-20191019-3WR6J0 2019-10-19 19:03:55

    Ahmed Laaouej, président du PS bruxellois

  3. «
Le corps des femmes reste un champ de bataille partout, que ce soit en France, au Maroc, mais aussi aux États-Unis, en Argentine...
», juge Leila Slimani.

    Leïla Slimani: «Le corps des femmes reste un champ de bataille partout»

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Wallonie: le dernier des travaux de Di Rupo

    Ce n’est pas nécessairement un tsunami qui se prépare, mais le changement de présidents à la tête des partis francophones est un très grand chambardement. Ceux qui ont vécu depuis vingt ans avec Elio Di Rupo président du PS et grand manitou francophone, ceux qui ont grandi avec Olivier Maingain président de Défi et grand imprécateur francophone, devront changer de logiciel. On mesure l’ampleur de la révolution quand on ajoute la disparition, officielle du moins, du concept « Michel/Reynders » à la tête du MR, après le...

    Lire la suite