L’identité de Jack l’Éventreur révélée par des scientifiques

© D.R.
© D.R.

C’est un mystère qui dure depuis plus de 130 ans qui vient d’être résolu : grâce à des fragments d’ADN, des tests génétiques et des années de travail, deux scientifiques britanniques ont pu identifier le tueur qui se cachait derrière celui qu’on surnomme « Jack l’Éventreur ». Il s’agirait de Aaron Kosminski, barbier et émigré polonais, âgé de 23 ans au moment des faits.

Jari Louhalainen de l’université de Liverpool et David Miller de l’université de Leeds ont commencé à travailler sur l’identification du tueur en série le plus célèbre en 2007, en se basant sur du sang et du sperme découvert sur le châle retrouvé par les enquêteurs dans la nuit du 30 septembre 1888, sur le corps de Catherine Eddowes, la quatrième victime de Jack. Les deux scientifiques ont ensuite procédé à des tests génétiques sur les descendants vivants connus du principal suspect de l’époque, Aaron Kosminski, décrit comme quelqu’un de paranoïaque et souffrant d’hallucinations. Faute de preuves, il avait été à l’époque relâché. Il est mort 30 ans après les faits, en 1919, interné dans un asile.

Mais cette découverte incroyable ne vient pas mettre un terme définitif aux rumeurs qui entourent l’identité de Jack l’Éventreur puisque certains scientifiques questionnent l’authenticité du châle et contestent ces résultats.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. @Belga

    Watducks: le sacre du caractère

  2. Nissan a porté plainte au pénal contre Carlos Ghosn, son ancien patron.

    L’avenir de Carlos Ghosn s’assombrit encore un peu plus

  3. Oriol Junqueras a répondu pour la première fois depuis son incarcération aux questions des journalistes, réunis dans une rédaction à plus de 600 kilomètres de l’endroit où il est emprisonné.

    Les Catalans en campagne depuis la prison

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite