«Il reste une semaine»: la Coalition Climat presse les politiques de réviser la Constitution

©Pierre-Yves Thienpont/Le Soir
©Pierre-Yves Thienpont/Le Soir

La Coalition Climat presse le MR, le CD&V et l’Open Vld de changer d’avis à propos de la proposition de loi spéciale climat ou « de démontrer qu’ils disposent de solutions à la hauteur de l’enjeu ». « Il reste une semaine », a-t-elle averti.

Le monde politique se déchire autour de ce texte rédigé par des experts universitaires et traduit dans une proposition de loi co-signée par les écologistes, les socialistes, le CDH, Défi et le MR. Le dispositif mis en place vise à coordonner la politique climatique belge, éclatée entre le fédéral et les Régions, et à assigner dans une loi certains objectifs ambitieux.

Le Conseil d’Etat a estimé que la proposition ne pouvait être votée telle quelle. Parmi les pistes de solution, il propose une révision de l’article 7bis de la Constitution mais également la conclusion d’un accord de coopération entre le fédéral et les entités fédérées.

Un marchandage institutionnel ?

Il est apparu mardi que le MR ne soutiendrait pas la révision de la Constitution car il redoute qu’elle ne mène à un marchandage institutionnel pour convaincre les partis flamands. Il préconise de modifier la loi de réformes institutionnelles pour y introduire l’obligation de respecter des objectifs climatiques « ambitieux » et de conclure un accord de coopération entre les Régions et le fédéral. Dans la justification de l’amendement, les objectifs climatiques sont précisés.

► David Clarinval : « Non, le MR n’enterre pas la loi climat »

«  Il est maintenant essentiel d’avancer et de le faire sur des bases qui ne puissent plus être remises en causes à l’avenir. A nos yeux, la Loi spéciale reste le meilleur véhicule pour y arriver. La balle est donc dans le camp des libéraux et du CD&V pour démontrer qu’ils sont capables de proposer autre chose que ce qui n’a jamais fonctionné jusqu’ici, à commencer par les accords de coopération », a déclaré le président de la Coalition Climat, Nicolas Van Nuffel.

Les jeunes se joignent à l’appel

En effet, il a fallu 10 ans pour conclure le dernier accord de coopération climat sur la répartition de l’effort climatique à l’horizon 2020, a-t-il fait remarquer.

Les jeunes de « Youth for climate » se sont joints à l’appel. «  Les politiques nous demandent depuis des semaines de rendre notre protestation ’concrète’. Ils disent être demandeurs de choses concrètes qu’ils peuvent faire, en voilà une : signez le 7bis », ont-ils lancé.

La commission de révision de la Constitution se réunira mardi prochain pour se prononcer sur la révision de l’article 7bis. Si celle-ci recueille une majorité (ce qui est peu vraisemblable), la séance plénière se prononcerait à son tour jeudi, soit deux jours plus tard. La perspective de décrocher une majorité est encore plus illusoire puisqu’il faut recueillir deux tiers des voix.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BRITAIN PARLIAMENT EU BREXIT

    Brexit: l’Union européenne attend que Londres lui communique ses intentions

  2. d-20191019-3WR6J0 2019-10-19 19:03:55

    Ahmed Laaouej, président du PS bruxellois

  3. «
Le corps des femmes reste un champ de bataille partout, que ce soit en France, au Maroc, mais aussi aux États-Unis, en Argentine...
», juge Leila Slimani.

    Leïla Slimani: «Le corps des femmes reste un champ de bataille partout»

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Wallonie: le dernier des travaux de Di Rupo

    Ce n’est pas nécessairement un tsunami qui se prépare, mais le changement de présidents à la tête des partis francophones est un très grand chambardement. Ceux qui ont vécu depuis vingt ans avec Elio Di Rupo président du PS et grand manitou francophone, ceux qui ont grandi avec Olivier Maingain président de Défi et grand imprécateur francophone, devront changer de logiciel. On mesure l’ampleur de la révolution quand on ajoute la disparition, officielle du moins, du concept « Michel/Reynders » à la tête du MR, après le...

    Lire la suite