«Il reste une semaine»: la Coalition Climat presse les politiques de réviser la Constitution

©Pierre-Yves Thienpont/Le Soir
©Pierre-Yves Thienpont/Le Soir

La Coalition Climat presse le MR, le CD&V et l’Open Vld de changer d’avis à propos de la proposition de loi spéciale climat ou « de démontrer qu’ils disposent de solutions à la hauteur de l’enjeu ». « Il reste une semaine », a-t-elle averti.

Le monde politique se déchire autour de ce texte rédigé par des experts universitaires et traduit dans une proposition de loi co-signée par les écologistes, les socialistes, le CDH, Défi et le MR. Le dispositif mis en place vise à coordonner la politique climatique belge, éclatée entre le fédéral et les Régions, et à assigner dans une loi certains objectifs ambitieux.

Le Conseil d’Etat a estimé que la proposition ne pouvait être votée telle quelle. Parmi les pistes de solution, il propose une révision de l’article 7bis de la Constitution mais également la conclusion d’un accord de coopération entre le fédéral et les entités fédérées.

Un marchandage institutionnel ?

Il est apparu mardi que le MR ne soutiendrait pas la révision de la Constitution car il redoute qu’elle ne mène à un marchandage institutionnel pour convaincre les partis flamands. Il préconise de modifier la loi de réformes institutionnelles pour y introduire l’obligation de respecter des objectifs climatiques « ambitieux » et de conclure un accord de coopération entre les Régions et le fédéral. Dans la justification de l’amendement, les objectifs climatiques sont précisés.

► David Clarinval : « Non, le MR n’enterre pas la loi climat »

«  Il est maintenant essentiel d’avancer et de le faire sur des bases qui ne puissent plus être remises en causes à l’avenir. A nos yeux, la Loi spéciale reste le meilleur véhicule pour y arriver. La balle est donc dans le camp des libéraux et du CD&V pour démontrer qu’ils sont capables de proposer autre chose que ce qui n’a jamais fonctionné jusqu’ici, à commencer par les accords de coopération », a déclaré le président de la Coalition Climat, Nicolas Van Nuffel.

Les jeunes se joignent à l’appel

En effet, il a fallu 10 ans pour conclure le dernier accord de coopération climat sur la répartition de l’effort climatique à l’horizon 2020, a-t-il fait remarquer.

Les jeunes de « Youth for climate » se sont joints à l’appel. «  Les politiques nous demandent depuis des semaines de rendre notre protestation ’concrète’. Ils disent être demandeurs de choses concrètes qu’ils peuvent faire, en voilà une : signez le 7bis », ont-ils lancé.

La commission de révision de la Constitution se réunira mardi prochain pour se prononcer sur la révision de l’article 7bis. Si celle-ci recueille une majorité (ce qui est peu vraisemblable), la séance plénière se prononcerait à son tour jeudi, soit deux jours plus tard. La perspective de décrocher une majorité est encore plus illusoire puisqu’il faut recueillir deux tiers des voix.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le raisonnement est connu, en substance
: le paysage politique hérité des élections du 26 mai est ingérable.

    Le scénario qui circule pour le gouvernement fédéral: un retour aux urnes en janvier-février 2020

  2. D’application pour cette rentrée 2019-2020, une circulaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles sur la gratuité scolaire laisse la liberté aux parents de choisir les marques de matériel.

    Ces fournitures de rentrée que l’école ne peut imposer

  3. La personnalité forte de Jean-Marc Nollet a freiné certaines. Et succéder à la coprésidence réussie de Zakia Khattabi n’est pas simple non plus.

    Ecolo: pourquoi il fut difficile pour Jean-Marc Nollet de trouver une colistière

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Crise politique italienne: «Mon cher Matteo»

    C’est curieux, la vie. C’est le jour de sa démission que Giuseppe Conte est vraiment devenu Premier ministre. Traduisons : dans son discours devant le Sénat italien, Conte a pour la première et la dernière fois (sauf s’il est à nouveau appelé aux affaires) été à la hauteur de sa mission, qui aura duré 14 mois.

    Salvini au pilori

    Ce mardi, en effet, pendant une demi-heure, l’obscur avocat non élu que personne ne...

    Lire la suite