«Sandwich caviar»: Richard Miller présente ses excuses après avoir critiqué un journaliste de la RTBF

©Mathieu Golinvaux / Le Soir
©Mathieu Golinvaux / Le Soir

Le député MR Richard Miller croulait sous les commentaires négatifs après avoir posté plusieurs tweets critiquant un journaliste de la RTBF. Le député a commencé par réagir à un tweet du journaliste Philippe Walkowiak, qui partageait un article de la RTBF sur les résultats électoraux de Richard Miller, accusant la rédaction du service public d’être biaisée. « Pas très sympa Walkoviak ! Journaliste socialiste RTBF de Mons effrayé à l’idée que le MR puisse avoir un 2ème siège dans cet arrondissement, il en a avalé son sandwich caviar de travers ! », a-t-il écrit.

► « Sandwich caviar » : Richard Miller (MR) s’attire les foudres de journalistes de la RTBF

La RTBF a rapidement répondu au député MR dans un article où le média explique comment les journalistes sont recrutés. Le média subit régulièrement des pressions politiques, mais bien moins qu’avant a-t-elle écrit et la RTBF a aussi dit avoir l’habitude d’être soumises à certaines critiques.

Ce mercredi soir, le député fédéral a tenu à présenter ses excuses. Dans un nouveau tweet, Richard Miller écrit : « Chers amis et ennemis, je présente des excuses aux journalistes de la @RTBFinfo via @aruyssen . Je me réjouis d’apprendre que le système de l’encartage politique n’existe plus et n’a donc aucune influence sur les promotions. Je regrette mon emportement dû au tweet de Philippe Walkowiak. »

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les membres du Jury de Cannes, présidé par Alejandro Gonzalez Inarritu © AFP

    Le Palmarès du 72e festival de Cannes donne l’impression de ne vouloir froisser personne!

  2. POLITICS ELECTIONS DEFI MEETING

    Elections 2019: les coulisses de la campagne en 7 anecdotes

  3. © Pierre-Yves Thienpont.

    #MaPremièreCampagne: pourquoi j’adore voter

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Avis aux partis: lundi, la campagne, c’est fini!

    Ce dimanche, la parole est aux électeurs. A ceux qui pensent que le vote ne sert à rien, ce rappel très utile : le soir des élections, ce sont les résultats que chaque parti scrutera avec angoisse. C’est la mathématique qui désigne les vainqueurs et qui prend une claque, au nord comme au sud du pays. Aucun jeu n’est fait et les votes exprimés peuvent bouleverser les cartes et rendre des alliances si pas impossibles, difficiles ou illégitimes. Il y a toujours des surprises les soirs d’élections, et ce sont les citoyens qui les...

    Lire la suite