L’étude du sous-sol de la Grand-Place de Bruxelles livre ses premiers résultats

L’étude du sous-sol de la Grand-Place de Bruxelles livre ses premiers résultats

Les chercheurs qui ont scanné le sous-sol de la Grand-Place ont présenté mardi soir, à l’hôtel de ville de Bruxelles, les résultats de leurs premières analyses.

► La Grand-Place de Bruxelles est passée au « scanner » pour révéler son histoire

Les chercheurs du CReA-Patrimoine, avec la collaboration de chercheurs français et italiens, ont arpenté en mai 2018 la Grand-Place et les rues voisines pour scanner le sous-sol archéologique au moyen de deux techniques non-invasives, à savoir le radar-sol et la prospection électrostatique. Ces nouvelles techniques ont permis de réaliser une cartographie tridimensionnelle des structures et des objets enterrés sous le cœur historique de Bruxelles.

Des structures souterraines

Les images récoltées permettent de distinguer un très grand nombre de structures souterraines, correspondant à différents stades du développement de la place. Elles fournissent des informations sur sa formation au Moyen Âge, et sur son évolution jusqu’aux époques moderne et contemporaine. «  Ces données viennent compléter les quelques sources écrites et iconographiques qui sont conservées dans les centres d’archives et ça redonne du sens, une sorte de genèse de cette place pour laquelle on n’avait pratiquement aucune donnée », explique François Blary, professeur d’histoire de l’art et d’archéologie du Moyen Age à l’Université libre de Bruxelles (ULB).

Les chercheurs ont notamment identifié différents réseaux enfouis (adductions d’eau et assainissements notamment) et les emplacements des différentes fontaines qui ont orné la place entre le 14e et le 17e siècle. Ils ont également retrouvé des structures d’habitat médiéval antérieures à la constitution de ladite place. Avant le bombardement de 1695 par les troupes françaises du roi Louis XIV, « la place était plus petite, ce qui fait que les traces des maisons conservées dans la place sont parfaitement visibles », continue François Blary. « C’est une place qui a été élargie. Les deux « éléments-piliers », que sont la Maison du Roi et l’Hôtel de Ville, ont été parfaitement conservés dans leurs emplacements, mais le reste a été entièrement modelé. On a longtemps cru que l’ensemble avait été reconstruit intégralement après 1695, mais beaucoup d’éléments d’élévation des constructions médiévales ont été intégrés dans la reconstruction. En fait, on a surtout traité les façades pour les rhabiller complètement, mais sur des maisons médiévales qui, pour certaines, ont été conservées en élévation ».

Les résultats seront prochainement publiés dans des articles scientifiques.

Le CReA-Patrimoine est le Centre de Recherches en Archéologie et Patrimoine qui fédère l’ensemble des programmes de recherche de l’Université libre de Bruxelles (ULB) dans les domaines de l’archéologie et du patrimoine.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

  2. «
Le Soir
» obtient une moyenne de 62
%.

    Le bulletin de la Fédération Wallonie-Bruxelles: les notes des ministres

  3. file3-1

    RTBF: «Le mot élection fait peur aux jeunes»

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite