«Personne ne sortira d’ici vivant»: un chauffeur de bus prend des collégiens en otage en Italie (vidéos)

Les carabiniers ont sauvé de justesse une cinquantaine de collégiens pris en otage mercredi près de Milan par leur chauffeur qui a incendié son bus pour des raisons encore confuses, ont rapporté les autorités italiennes.

«  C’est un miracle, cela aurait pu être un carnage. Les carabiniers ont été exceptionnels pour bloquer le bus et faire sortir tous les enfants », a déclaré à la presse le procureur de Milan, Francesco Greco, précisant ne pas exclure «  l’hypothèse du terrorisme ».

Les 51 élèves de deuxième année de collège revenaient d’une sortie sportive avec trois accompagnateurs quand le chauffeur a subitement changé de trajectoire à San Donato Milanese et pris ses passagers en otage.

« Personne ne sortira d’ici vivant »

«  Personne ne sortira d’ici vivant », a-t-il lancé, selon le témoignage de plusieurs enfants. Armé de deux bidons d’essence et d’un briquet, il a menacé les enfants, leur a pris leur téléphone portable et les a attachés avec du fil électrique.

L’un des enfants a cependant pu appeler ses parents, qui ont prévenu les carabiniers. Ces derniers ont bloqué le bus et ont brisé les vitres arrières du bus pour faire sortir les enfants avant que le véhicule ne soit envahi par les flammes.

«  Je veux en finir, il faut arrêter les morts en Méditerranée », a hurlé l’homme selon plusieurs médias.

Une douzaine d’enfants et deux des adultes ont été conduits à l’hôpital après avoir été légèrement intoxiqués par la fumée. Le chauffeur a été arrêté et hospitalisé pour des brûlures aux mains.

Le profil de l’homme

Il s’agit d’un homme de 47 ans, Italien d’origine sénégalaise, chauffeur scolaire sans histoire depuis 2002 selon son employeur. Divorcé de son épouse italienne, il a deux enfants adolescents.

Cependant, le ministère de l’Intérieur a évoqué dans un communiqué des antécédents -- sans les dater -- de conduite en état d’ivresse et d’agression sexuelle sur mineur.

«  Le ministère est à l’œuvre pour vérifier la possibilité de retirer la citoyenneté italienne au Sénégalais », ont ajouté des sources ministérielles, à propos de cette mesure parmi les plus controversées du décret-loi Salvini sur la sécurité et l’immigration adopté à l’automne.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

  2. «
Le Soir
» obtient une moyenne de 62
%.

    Le bulletin de la Fédération Wallonie-Bruxelles: les notes des ministres

  3. file3-1

    RTBF: «Le mot élection fait peur aux jeunes»

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite