Cartes à l’appui, Donald Trump vante la fin imminente du «califat» du groupe terroriste Etat islamique

Le président américain Donald Trump a vanté mercredi, cartes à l’appui, les progrès dans la lutte contre le groupe terroriste Etat islamique (EI) depuis son arrivée au pouvoir, affirmant une nouvelle fois que la chute de leur « califat » autoproclamé était imminente.

Lors d’un échange avec les journalistes dans les jardins de la Maison Blanche, M. Trump a déroulé une feuille qu’il tenait dans sa main représentant la Syrie.

«  Tout ce qui est rouge, c’était l’EI le soir de l’élection en 2016 », a-t-il expliqué, montrant le document. «  En bas, c’est la même carte, il n’y a pas de rouge. En fait, il y a un tout petit point, et il aura disparu ce soir », a-t-il ajouté.

A plusieurs reprises au cours des semaines écoulées, le locataire de la Maison Blanche a déjà affirmé que la fin du califat allait être annoncée d’un instant à l’autre.

Les derniers djihadistes acculés dans un tout petit secteur

Les Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance arabo-kurde soutenue par Washington, combattent contre des djihadistes désormais acculés dans un tout petit secteur au bord de l’Euphrate aux confins orientaux de la Syrie.

Ces derniers tentent désespérément de défendre le dernier lambeau du « califat » de l’EI qui couvrait autrefois de vastes régions en Syrie et en Irak.

M. Trump, qui avait brutalement annoncé en décembre le retrait des quelque 2.000 soldats américains qui avaient été déployés en Syrie – «  Nous avons gagné contre le groupe EI, il est temps de rentrer » – a confirmé qu’environ 400 d’entre eux resteraient finalement sur le terrain « pour un certain temps ».

Les partenaires des Etats-Unis au sein de la coalition anti-EI discutent avec Washington du possible maintien d’une mission de contre-terrorisme dans le nord de la Syrie.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. MontageFederal

    Le bulletin du gouvernement fédéral: les notes des ministres

  2. Le loyer, l’université, les sorties et les courses... Kenzy paie tout
: «
J’avais envie de pouvoir être autonome, indépendant
».

    Les débrouillards: Kenzy, des études, deux boulots et une multitude de projets

  3. Maria Alyokhina sur scène à Edimbourg en Ecosse, le 15 août 2018.

    Marsha, membre des Pussy Riot: «Il faut choisir de ne pas se taire»

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite