Gilets jaunes en France: 200 millions d’euros de dégradations

Gilets jaunes en France: 200 millions d’euros de dégradations

Les dégradations commises durant les manifestations des « gilets jaunes » s’élèvent désormais à 200 millions, après la prise en compte de celles de l’acte 18 du mouvement, a indiqué mercredi le ministre de l’Économie Bruno Le Maire.

>France: les six chefs de parti ont eu un débat animé sur les gilets jaunes, l’ordre public et la fiscalité

« Si l’on regarde plus précisément la manifestation du samedi 16 mars, l’évaluation globale du coût des dégradations est de 30 millions d’euros, et porte donc le coût total des dégradations de 170 à 200 millions d’euros », a déclaré M. Le Maire devant les commissions des affaires économiques et des finances de l’Assemblée.

Il y a par ailleurs selon le ministre un « impact direct et de court terme sur la croissance française » du mouvement des « gilets jaunes » qui « peut aller jusqu’à 0,2 point de PIB (produit intérieur brut) pour 2018 et 2019 », soit plus de 4,5 milliards d’euros.

« Quand on prend les chiffres secteur d’activité par secteur d’activité on s’aperçoit que derrière le 0,1 à 0,2 de croissance, il y a la réalité de difficultés sérieuses pour des secteurs entiers de notre économie qui représentent beaucoup de chiffre d’affaires en moins et autant de difficultés pour les salariés et les chefs d’entreprise concernés », a expliqué M. Le Maire.

Le chômage partiel dû au mouvement a ainsi touché 73.500 personnes travaillant dans 5.100 entreprises, ce qui représente un coût de près de 40 millions d’euros pour les finances publiques, a-t-il ainsi indiqué.

>Gilets jaunes: 23 peines de prison ferme, après le saccage des Champs-Elysées ce samedi

Baisse de chiffre d’affaires

Le ministre a par ailleurs fourni des éléments chiffrés sur les pertes de chiffre d’affaires pour le commerce depuis le début du mouvement en novembre.

« Sur la grande consommation et la distribution, la baisse des ventes a été de 2,7 % pour le non alimentaire durant 16 semaines consécutives. Elle a été de 6 % les samedi pour l’alimentaire ».

Par enseignes, « 140 millions de perte de chiffre d’affaires pour Auchan, 45 millions pour Fnac Darty, 50 millions d’euros pour Casino, 30 à 40 millions pour Système U », a-t-il précisé.

« S’agissant des grands centres commerciaux, la baisse sur les quatre mois de manifestations est de l’ordre de 2,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires en raison de la baisse de fréquentation ».

« Concernant l’habillement, les grands magasins, les magasins populaires, la baisse de chiffre d’affaires cumulée depuis le début des manifestations est de 9 à 15 % par rapport à l’année précédente et la chute est encore plus importante dans les magasins de centre ville avec -20 à -30 % de trafic le samedi qui ne sont pas rattrapés par des ventes en ligne ou des ventes dans la semaine », a poursuivi le ministre de l’Économie.

Il a ajouté que « sur l’artisanat, les chiffres fournis par les CMA (Chambres des métiers et de l’artisanat) sont une perte de chiffre d’affaires de 20 % à 50 %, de 25 % dans les métiers de service et jusqu’à 50 % dans les métropoles ».

>«Gilets jaunes» en France : les militaires de l’opération Sentinelle mobilisés samedi pour sécuriser des bâtiments

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Nissan a porté plainte au pénal contre Carlos Ghosn, son ancien patron.

    L’avenir de Carlos Ghosn s’assombrit encore un peu plus

  2. 170 kilos, c’est une masse. Qui rend impossibles la course et la marche intensive pendant plus d’un quart d’heure.

    Grand format - Journal d’un obèse: «Vous devez être malheureux pour manger comme ça»

  3. Image=d-20171222-3JPRY5_high

    Le bulletin de Theo Francken: 51%

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite